• Accueil
  • > Archives pour juillet 2013

Archives pour juillet 2013

2013_Compostelle de Arles à La Salvetat sur Agout N°3 et déjà 800km

L’organisation en fin de page

Avant-propos

J’avais hâte de retrouver cette marche sur la voie d’Arles. Qu’elle est cette force qui vous attire sur ces chemins, les rencontres, le partage, vivre le quotidien différemment et puis j’aime l’inattendu qui vous sort du lit un peu plus tôt que d’habitude, vous fait chaque jour découvrir une situation différente, paysage, chemin, faune, météo, pèlerin, résidant, hôte et je ne sais quoi?

C’est le mystère qui vous parcourt.

Cette voie est ma plus belle découverte, elle m’a procuré un bien fou, apaisé et fait rencontrer une foule de personnalité extraordinaire de simplicité, passionné par cette démarche d’accueil, de marche et d’accompagnement.

2013_Compostelle de Arles à La Salvetat sur Agout N°3 et déjà 800km dans Mes Chemins de Compostelle 2012_069-arles-a-la-salvetat-225x300

  • Un pèlerin m’a recommandé le livre de Jean-Christophe Rufin « Immortelle randonnée » que j’ai acheté à Béziers au retour.

 

Extrait :

  • Et là dans ces splendeurs, le chemin m’a confié son secret. Il m’a glissé sa vérité qui est tout aussitôt devenue la mienne. Compostelle n’est pas un pèlerinage chrétien mais bien plus, ou bien moins selon la manière dont on accueille cette révélation. Il n’appartient en propre à aucun culte et, à vraie dire, on peut y mettre tout ce que l’on souhaite. S’il devait être proche d’une religion, ce serait à la moins religieuse d’entre elles, celle qui ne dit rien de Dieu mais permet à l’être humain d’en approcher l’existence : Compostelle est pèlerinage bouddhiste.
    Il délivre des tourments de la pensée et du désir, il ôte toute vanité de l’esprit et toute souffrance du corps, il efface la rigide enveloppe qui entoure les choses et les sépares de notre conscience ; il met le moi en résonance avec la nature. Comme toute initiation, elle pénètre dans l’esprit par le corps et il est difficile de la partager à ceux qui n’ont pas fait cette expérience…

Pour le dire d’une formule qui n’est plaisante qu’en apparence : en partant pour Saint Jacques, je ne cherchais rien et je l’ai trouvé.

  • Une copine m’a offert le livre de Flore Pannetier « En chemin de Vézelay à Roncevaux », Vézelay, ville de départ de ma première marche.

 

1_Arles 9 juin

 Arrivé à 15 heures en Arles et c’est le début de ma 3ème marche après les GR 3 et 13. Maintenant c’est le GR 653 en provenance de l’Italie « Via Tolosana » par le GR 653a qui passe au-dessus de Nice, Toulon et Marseille.

 

2012_003-arles-a-la-salvetat-225x300 Compostelle de Arles dans Mes Chemins de Compostelle

 

Arles la plus grosse commune de France avec un peu moins de 80000 habitants qui a toujours été un carrefour des routes reliant l’Italie et l’Espagne située en bordure du Rhône, elle s’enrichit de monuments L’Amphithéâtre, le Théâtre fin du 1er siècle, le Cloître terminé à la fin du XIVe siècle.

Diner vers 19:30, sucre lent « Pizza » salade et dodo, demain debout 7:45, PD, préparation et départ 9:00. Voilà une bien belle commune qui ressemble à Nîmes pour mon départ en direction de La Salvetat sur Agout après 12 étapes, 288km et +/- 75:30 heures de marche

À demain.

 

Les encouragements:

  • J’espère que tu vas avoir beau temps!        Nathalie M
  • Quelle chance d’être peinard sur les routes….Évite la Corrèze …C’est mal fréquenté…….Bon courage.      Thierry G
  • Bon courage.         Patrick M.
  • Coucou, bonne marche et merci pour ces belles images. Bises.   Baya B
  • Q :Pourquoi Valérie elle en a une de plus ?????(Bise). Tata Béné.
  • R : Parce que c’est ma grande blonde préférée !!!
  • Bravo cousin pour cette nouvelle réalisation de projet !!! n’oublie pas les gâteaux FLIPO à la SALVETAT que tu dois connaître. Présente-toi comme mon cousin, papa d’Elodie, qui épouse David FLIPO en Septembre. Bonne marche et bisous. Bernard Martine C
  • Bonjour Christian, Comme je suppose que nous ne nous verrons pas chez Michel, je te souhaite une bonne route pleine de sérénité personnelle, de rencontres intéressantes et de solide forme physique et mentale. Je t’envie, mais je n’ai pas la forme physique pour accomplir ce défi à la fois physique et mental, alors j’ai choisi l’aquarelle qui n’est pas un défi physique, mais certainement un état de grâce momentané…le temps d’un tableau. La solitude volontaire en fait aussi une particularité. Merci de bien nous donner quelques nouvelles de temps en temps pour que nous ne nous inquiétions pas. Grosse bise à toi, Ronan et Babeth (la tienne !)

L’avis de l’expert

  • Le bonjour à tous, ça y est, il a enfin démarré, il était temps. Cela fait plus de 6 mois qu’il s’entrainait dans son parc du chemin de la Grande Cabane à la Valette. Il avait monté et descendu (les escaliers) durant des mois et des mois. Afin de peaufiner son entrainement en vue des laborieuses et dures étapes dans les
    restaurants 4 étoiles, à chaque fois qu’il descendait, il s’arrêtait à la Cave afin de compter et surtout goûter les bouteilles de vin fin. Tout cela
    accompagné de : saucisson et pain de campagne, rillettes gros grain et pain complet du Mans, Pizzas de Napoli et mozzarella, tripettes et autres cochons d’abatis. Je peux vous assurer qu’il a la forme.
    Il quitte la Rome Gauloise « Arelate ». Je suis sûr qu’il contournera « La Salvetat sur Agout » car il ne souhaite pas boire de l’eau pétillante des égouts !!!!! Cela pourrait lui donner des amibes et le vers solitaire. Bien que solitaire à deux, ce n’est plus solitaire.
    J’ose espérer qu’il a bien pris ses médicaments, ses vaccins, de la lessive et du savon, son GPS, sa boussole, ses cartes et son téléphone à rayon d’action
    illimité. Sinon il nous fera des signaux de fumée à condition qu’il ait du feu.
    Cri Cri, la critique t’aime, bonne continuation et surtout fait attention la nuit, rappelle-toi des nuits torrides sur les Chemins de Saint Jacques de
    Compostelle de l’année passée.
    Bon courage on est avec toi.
    Le Critique spécialiste en grandes randonnées

Jean-Pierre

img_0726-300x200

2_Arles à St. Gilles

 

20,5km_4:50h

Départ 13• Arrivée 26•

Debout 8heures, PD 8:30, préparation du sac et départ vers 9:15, direction le Rhône vers la Trinquetaille de autre côté, un petit chemin de Gimeaux trop court parce que on se retrouve rapidement sur le goudron, là je rattrape 1 couple de pèlerins lui des Landes, elle Camarguaise, pas très claire mais cela ne nous regarde pas, tout du long des rizières, de magnifiques Mas situés sur des levées alluviales et dans les bosquets, des chevaux « le rosse », taureaux de Camargue appelé le « biou » pour la course « brave » pour la corrida, peu d’oiseaux quelques Hérons pourprés et des moustiques pour le
pique-nique, la route est bordées de fossés gorgés eau et d’iris,  traversée du pont de Gimeaux et arrivée à Saint Gilles carrefour de pèlerinages ‘ou on embarquait pour la Terre Sainte. Au IX siècle, le tombeau de l’ermite Gilles attire les premiers pèlerins. La célèbre vis de Saint Gilles coiffée d’une voûte en berceau hélicoïdal.

Dîner à la pause du Pèlerin à 19:00 h et dodo

2012_017-arles-a-la-salvetat-225x300

L’avis de l’expert

  • La critique du conseilleur,
    Ça y est, il a démarré très calmement et tout doucement, 20 km et des brouettes en 4h50, peut faire beaucoup mais vraiment beaucoup mieux, il devrait courir. Cela l’aidera aussi à éviter les mauvaises rencontres !! Car bien que cela ne nous regarde pas, vous aimeriez  et moi aussi bien savoir (avec qui, avec
    quoi et comment il fait ça). Cri Cri, ne passe pas par Vauvert, car il y a le diable là (pour les incultes voir l’expression sur Google « aller au diable Vauvert »).
    D’autre part, surtout ne te trompe pas de route, ne prends pas le bateau pour aller libérer la Terre Sainte et le tombeau du Christ des Sarrasins et autres
    Maures, le port maritime d’Aigues-Mortes est fermé au trafic actuellement. Pour traverser les marais et autres étangs (tu vas en trouver beaucoup) as-tu pris ta bouée et les bracelets ?? C’est vital. Le « biou » de Camargue se mange bien surtout en daube car c’est un petit peu dur, il faut le faire rassir un peu plus que le bœuf. Ramène nous en un peu au retour avec une salade de salicorne c’est très diurétique. Le tout avec quelques Costières de Nîmes et un peu de Rosé des sables ira très bien. Donc tu as vu des Hérons, mais Néronds, en as-tu vu ? C’est comme les hérons mais avec le nez rond.
    Une recommandation : Pourrais-tu nous faire des résumés un peu plus complets de tes étapes et non pas des brouillons comme celui ci-dessous, à savoir :
    Histoire des villes, villages, et lieux dits depuis le Néolithique jusqu’à 1945. , c’est l’année de ma naissance, après je connais. Le nombre d’habitants et la couleur politique des Mairies afin que je puisse préparer mon prochain voyage sereinement et sans surprise. Les spécialités culinaires de chaque coin.

Voila c’est tout comme conseils et remarques. Cri cri d’amour, On t’aime Bises
Jean Pierre

 

3_Saint Gilles à Galargues le Montueux

31km + 1 du à l’hébergement 8:00

15• le matin >à 26• l’aptes midi

Pour terminer notre soirée d’hier, nous avons dîné en table d’hôtes, 3 cyclistes partie de Savoie via Béziers à raison de 50 km par jour et une randonneuse
Parisienne qui fait la même parcourt que moi jusqu’à La Salvetat avec les même étapes, je vois déjà l’avis de l’expert qui va avoir un os à ronger « allez fait toi plaisir JP A ». Bon ceci étant précisé pas passons à cette nouvelle journée, départ de St. Gilles vers 9:45 marche douce, toujours du goudron enfin un peu moins 1/3 pour 2/3 de vrai chemin. Là nous passons à une autre production, lira c’est fini, pêche, cerise et surtout les abricots du Roussillon « mon fruit préfère  » mais je passe trop tôt ils sont loin d’être mûres mais déjà d’une très belle couleur, les vignes des Costières et puis la sagne roseaux dans les roselières mais pas vu c’est en bord de mer.  Je longe un canal d’irrigation les producteurs s’en donnent à cœur pour traiter les abricots équipés un masque spécifique et nous on en prend plein les poumons. Je rattrape la Parisienne en plein pique-nique et nous dirigeons vers Vauvert mais je ralenti et la laisse partir devant, les pieds me chauffent dur, je prends mon pique-nique à l’entrée Di village ou la parisienne prend son café, je l’accompagne et me pause pendant qu’elle visite l’église Notre Dame (rasée en 1559) Vauvert capitale de la petite Camargue, contraction de vallée verte, lieu très fréquenté par les pèlerins diverties des « diableries », saynètes ou apparaissaient des démons. Et puis. ´est une région de courses Camarguaises dans l’arène. Nous repartons elle d’un bon pas moi plus doucement et nous séparons, je suis surpris par le nombre de randonneurs ou je croise un couple qui partit de Toulouse vont à
Sisteron et plus tard à Rome. Et me voilà à Gallargues le Montueux qui s’appelait Grand-Gallarges jusqu’en 1969 et compte + de 3000 hab. Qui marque ses traditions, ses jeux de taurins, les teintures de garance et au tissage lucratif des « indiennes » (carré Hermès de l’époque) voilà tout est dit. Dîner dodo et demain direction Vandargues  28km.

 2012_024-arles-a-la-salvetat-300x225

  • Élisabeth courage.

L’avis de l’expert

  • Le conseiller en randonné pour écrit : ça y est, il s’est fait doublement piéger. Mais est-il protégé ???????? OUI, cela nous regarde maintenant à la vue des dangers qui le menacent. Lui innocent
    comme l’enfant qui vient au monde. Tout d’abord, envieux des joyeux drilles de la pédale et du tour de France, il s’accoquine et noue des relations avec 3 bonhommes venus d’on ne sait où, de la profonde Savoie, Cri Cri c’est trop tôt, on n’est pas en Corse, le tour n’est pas parti. Ces gens-là que tu croise sont surement des écueils et des tentations placés sur ta route par le diable (de Vauvert surement) attention DANGER. Puis baigné par la culture du taureau, il est devenu « picador », car  il a pique-niqué. Cri cri, puisque tu passes par Gallargues le Montueux, dans la plaine tu as du trouver deux grandes entreprises : SVP ramène à Claudius des dessous pas du tout  genre petit bateau sur l’eau, mais plutôt string peau de panthère de chez Éminence et pour ses ânes et ses chiens quelques croquettes de la cuisine centrale de Royal Canin, dont tu as du sentir les effluves en arrivant. Au fait, vous ne trouvez pas que notre Cri cri exagère comme les Marseillais : Son petit sentier ressemblerait à l’autoroute du sud lors d’un chassé-croisé en juillet ou août !!!!! Ou alors serais ce les vapeurs de rosé des sables et autres costières nul ne la sait. Sauf lui le coquin. Cri cri, veille au grain, attention au démon de Camargue, il a posé son regard sur toi et surtout dans ton dos pour que tu ne le sente pas. Pour le retour, SVP 10 kg d’abricots biens mûrs pour faire la confiture.

Merci d’avance
Bonne continuation, Bises

Jean-Pierre

4_Gallargues à Vendargues 

 

27 km 7:00 heures

Temps. Matin 17•  AM un bon 30•

Hier au soir dîner en tête à tête avec moi-même « crudités, Gardiane frite et glace accompagné  d’un peu de rosé.

Départ ce matin de  Gallargues à 9:00 heures, je rejoins le GR653 éloigné de mon étape de 1km puis traverse la petite ville en fait assez étendue donc on est en plein goudron je  file entre les vignes et longe la digue de la Vidourle, les Mousquetaires ça  vous parle!!! Marcel nous a fait la leçon. Elle prend sa source dans les  Cévennes pour se jeter après 95km dans la Méditerranée au Grau du Roi, son  cours a été détourné au XXème et notamment par la construction de la Grande  Motte au milieu des années 1960. Mais avant la vilaine en cas de forte dépression sur les Cévennes sont débit pouvait atteindre plus de 1500m3/seconde et passer au-dessus du pont de Sommières la dernière  fois le 9  septembre 2002.

Question à Jean G si avec 1500m3/seconde elle passait au-dessus du pont de Sommières ou se trouverait son niveau avec un débit de  1050m3/seconde?

Bon je marche moi  donc je passe sous la A9 et là di vraie chemin, sur le côté le moulin de  Carrière et je longe le Vidourle d’un pont submersible, j’enjambe le Virdourle  et après 6,5 km je suis dans un charmant petit village Villetelle, je traverse  le village, passe devant un Calvaire part sur le chemin de Montpellier ombragé  puis le chemin des Capitelles « petite cabane construite en pierre sèche,  sans mortier servant d’abri pour les outils et les personnes de forme  circulaire ou rectangulaire et aussi appelé selon les régions: Cazelle,  cabanon, borie, etc. Enfin un bois résineux. Beaucoup de Mas avec soit des élevages  de taureaux pour la course ou des vignes. Sur le chemin je croise un type un  peu bizarre qui tire une petite poubelle pleine de linge, toute la journée  j’aurais longé la A9 journée un peu bruyante je repasse sous l’autoroute en  direction de Lunel-Viel. Laisse Vérargues au sud et continu à l’Ouest vers un  canal d’irrigation « impressionnant le nombre de canaux dans la région. Je  traverse un gué ou un pèlerin allant sur Toulouse se baignait. En aurais bien fait de même mais trop peu de fond. Je pars dans un bois de chêne vert avec  enfin des cailloux comme dans le Var. Mes pieds aiment bien. J’arrive enfin à Vendargues ou je n’ai ni vu le couple et la Parisienne. J’ai dû consommer + de  4 litres d’eau. Ma chambre est simple et correcte mais au bord de la N113, vivement le haut Languedoc et demain chez mes copains Jacquie et René au calme.

Demain Vendargues Montferiez le Lez 18 km, 2 Perrier menthe à l’arrivée.

La météo sera du voyage.

À demain et la bizzz

 img_0611-300x225

5_Vendargues - Montfèrier le  Lez 

14km 4:00 heures

20• au départ 30• à  l’arrivée

Le seul hôtel de Vendargues était  un routier, correct mais très bruyant clients et situé au bord de la  N113. Petite journée  puisque j’évite Montpellier et faire une escale chez mon copain René. Départ à  8:00 le long de la N113, aucun intérêt après avoir traversé le Salaison  j’arrive à Castelnau le Lez, ville nouvelle le Tramway, très beau immeuble je  remonte vers les hauteurs de Castelnau toujours Di goudron mais plus à l’ombre  et très belle propriété je redescend sur Clapiers et emprunte la D65 jusqu’à  Montfèrier le Lez par des routes un peu moins fréquenté sans trottoir arrivé  à 12:45 après être passé à la pharmacie pour reprendre une crème  « effet double peau » et une autre pour les échauffements de la voûte  plantaire. Encore une journée goudronnée de chez goudronnée. Bon vous voyez  cette marche n’était pas top. Heureusement l’étape est au top choyé par mes copains avant l’étape de demain vers Saint Guilhem le désert 27,5km, ça va commencer à monter  et là un peu plus de chemin mais du pont du diable à St. Guilhem une route au bord de l’Hérault.

La bizzz et à demain.

2012_045-arles-a-la-salvetat-225x300

 

L’avis de l’expert

  • Salut le marcheur de la lune, j’ai loupé une étape, tu vas trop vite. Arrivé à Saint Guilhem le Désert, tu es rentré dans un pays où se sont passée de très vilaines choses et dont l’histoire de France se passerait bien ; Pays de dragonnades, suite aux révocations de l’Édit de Nantes et de l’Édit de Tolérance qui ont précipitées cette région dans le chaos. Haut lieu de massacres de Huguenots, Huguenotes et autres Protestants. Selon ta route si tu bifurque à droite tu rentreras dans une région aussi riche du passé des Templiers (eux qui après avoir torturé les Cathares l’ont été à  leur tour par Philippe le Bel). Si tu bifurque à gauche (surtout pas trop mais compte tenu de nos idées, cela ne se passera pas car tu retrouveras la mer), tu rentreras un peu plus loin en pays Cathare, eux aussi brulés et torturés, soumis à la question et autres  amusements. Mais rassure toi, les mentalités ont changées. C’est un peu devenu un pays de  cocagne, riche de sa culture toujours vivace, de ses us et coutumes et  gastronomie.
  • Les conseils du spécialiste :Cri cri d’amour, tu le savais, il ne faut pas dormir chez les routiers, car l’on m’a dit (un gars qui habite un chemin de gros cailloux) que les routiers
    étaient tous P. Enfin, à quoi pense tu donc? J’espère que tu n’as rien subit. Tu feras des analyses en revenant. Qu’as-tu acheté dans la pharmacie ? Des pommades, pour la peau et pour quoi ?
    De quels échauffements parles-tu ? Nous nous faisons beaucoup de soucis à cause  de ces nouvelles alarmantes, rassure nous vite. Il faut louer un vélo pour cheminer le long des routes goudronnées, ce sera mieux et tu pourras avoir la retraite complémentaire des cheminots comme tu  chemine !!!!! Voir nos deux copains retraités qui connaissent bien ce problème. Pense à bien te nourrir et à boire souvent (mais pas trop chez les copains) Claudius avait pris 5 kg l’année passée (il ne faut pas trop le dire), mais  toi, n’en prend pas 10 !!! Surtout quelques conseils : ne parle pas aux gens que tu ne connais pas,  porte bien ton chapeau avec un mouchoir humide en dessous.

PS : Si ça monte trop, achète donc une échelle !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Cri cri on t’aime. A+++ et bonne marche

Jean-Pierre

 

6_Bel Air à Saint Guilhem le Désert 

27,5 km  7:00 heures de marche et arrivée à 18:00 heures

Départ 19• AM 32• au moins

Une soirée et un après-midi de rêve pour le modeste pèlerin que je suis, merci à mes copains pour cet accueil. Donc René et Jacquie mon accompagné jusqu’à Bel Air sauf quand court de route on  fait demi-tour quand Jacquie me parle de mes bâtons restés dans l’entrée,  c´est dur de vieillir.

Pourtant Montpellier est une étape historique des Jacquets, un circuit pédestre jalonné de clous de bronze au sol, retrace en partie l’itinéraire emprunté par les pèlerins au moyen âge. Quittant la voie Diminitia, les jacquets entraient dans la ville par la porte du Pilat Saint Gély ou porte de Saint Gilles et se rendaient à église Notre Dame aujourd’hui disparue et vénéraient une vierge noire.

Bel Air est à 1550 km de Saint Jacques de Compostelle, mais avant direction Montarnaud, je ressens un échauffement sur les mollets bien Colorés, sur le chemin je mets mon pantalon long, à peine habillé voilà le fameux couple qui arrive mais qui a réduit ses étapes ils s’arrêtent a Montarnaud donc je marche un peu avec eux puis m’échappe parce que moi c’est 27,5km et 5,5. Je traverse rapidement Montarnaud et me dirige vers La Boissière village castrat du XIIe dont la chapelle Notre Dame du Fort possède (XIIe) possède une belle abside voûtée en cul-de-four. Aujourd’hui je retrouve mes sentiers du var avec des cailloux mais des chemins forestiers sans arbres et donc en plein soleil je trouve un coin d’ombre pour le pique-nique au-dessus d’une grande pièce d’eau ou finalement pour en profiter il faut faire des étapes plus courtes. Direction Aniane ou je me pause pour un Perrier menthe à peine arrivé. Je suis interpelé par trois engins en fin de repas ronds comme des queues de pelles (aurai-je un air de ressemblance). Je communique un peu puis m’évade parce qu’il me reste 8,5km à faire je passe sous un porche et goudron sur la D32, sorti d’Aniane direction Puechabon, je passe le canal de Gignac et à travers les vignes arrive progressivement au pont du Diable édifice du premier art Romain Languedocien construit  au début du XIe  par les
monastères d’Aniane et de Gellone. Recherchez la légende. Enfin arrivé à saint Guilhem, je passe devant l’Abbaye de St. Guilhem ou une partie du Cloître a été démonté et reconstruit dans un musée de N’Y puis la maison « Fond perdu » des Pons ou nous avons passés de bon moment et file vers mon étape.
Lessive, douche, crème pour les pieds qui malgré tout tiennent bien. Vers 19:00 heures  je descends sur la place ou un platane trône depuis 1655 avec un diamètre de 6 mètres. Là je voie ma Parisienne « Marie » entrain de siroter un demi panache avec un vrai couple Edith et Serge qui sont partis pour faire 1000km qui se termineront fin août. Marie nous laisse pour un concert Gospel à l’Abbaye. Saint Guilhem un site grandiose au cœur Duval de Gellone et enserré par des falaises abruptes et sauvage du cirque de l’Infernet. Demain Saint Jean de la Blaquière 25km avec un gros dénivelé.

le-roi-platane-saint-guilhem-le-desert-1-225x300

 

Les trois compères partent entre 6:30 et 7:30 pour moi ce sera 8:30, peut-être nous révérons nous demain pour la boisson rafraîchissante?

La bizzz et à demain.

2012_056-arles-a-la-salvetat-300x225

7_Saint Guilhem à Saint Jean de la Blaquière 

25 km 7:00 heures

Départ 20• Arrivé 28• temps lourd

Une dure journée je ne me rappelais plus que le départ le long des falaises était aussi raide et longue du plus ils ont modifié le tracé ce qui m’a éloigné du GR 653, j’ai manqué une bifurcation et pan + 3km, finalement ce fut du 8:00 de marche, je suis arrivé cassé et j’ai mis une heure à récupérer, suivi des petites tâches habituelles et direct au dîner à 19:00 entrecôte salade, glace et au Perrier et au lit à 20:30.

Parti de la rue du bout du monde à 8:45, trop tard trop chaud, je longe le Verdu, là le chemin s’élève vers le Roc de la Bissonne à travers une forêt de pins de Salzmańn. Au pied de la falaise je passe un cairn remarquable, enfin j’arrive sur une piste après 2 bonnes heures de montée, légère descente puis montée vers le sommet du Pioch Canis « magnifique panorama sur la plaine de l’Hérault », je passe un enclos néolithique « mur en pierres sèches, je
passe un hameau disparu cité dès la fin du Xème siècle, j’arrive à Barry après plus de 3:00 heures. Je poursuis vers Arboras je franchis un gué et rejoint la
Meillade et prend un sentier ombragé dans la Ribaudière et poursuit dans les vignes, une petite partie sur le goudron et rapidement un sentier, je passe un
magnifique pont au-dessus du Rouvignous et monte vers Arboras, là commence les modifications du GR, je consulte à une fontaine le topo guide le pose au sol erreur me rafraîchi et repart j’ai du mal à trouver le chemin qui m’est indiqué par un habitant, je descends et 500 m plus bas mon topo guide Mrd donc, je remonte le retrouve et redescend et me dirige vers le Pas du Coulet et c’est après que manque sur la droite le chemin qui monte en direction de la
vergne ou la croix blanche ou je retrouve le GR, je redescend la piste en lacet, un nouveau ruisseau, une plateforme rocheuse ré descente et enfin arrivée
à Saint Jean de la Blaquière, c’est ma plus dure étape depuis au je marche et se tromper est aussi très éprouvant.

Une grosse nuit et on verra demain.

La bizzz

2012_066-arles-a-la-salvetat-225x300

8_Saint Jean de le Blaquière à Lodève

13km et 4:00 heures

Départ + de 20• Après-midi près de 30•, météo ils disent, ciel variable, risque de nuages persistants, j’aurais bien aimé.

En gîte a 15€ la nuit déco ancienne mais avait de tout et comme on se fait son petit déjeuner soi-même, un verre d’eau, Nescafé avec pain jambon et gruyère  » à l’anglaise » et voilà c’est la fête des pères Mrd.

Départ 9:45 sur la route de Saint Privât. Puis un petit sentier ou je traverse le ruisseau du Maro puis la montée commence jusqu’à un col a e. Un point de vue sur le village de Usclas. Puis un nouveau ruisseau du Merdason. Je poursuis la montée jusqu’au village de Usclas du bosc ou le cimetière possédait de nombreuses stèles discoïdales (XVe siècle). Passage sous le porche de l’ancien Château reconstruit au XIIe par la famille de Romieu et porte comme emblème une coquille de Pèlerin à nouveau une grosse montée par une large piste, puis un raidillon je pénètre dans une forêt de pins. À nouveau une large piste défoncée par les énormes tracteurs des exploitants de pins un massacre. J’arrive au Prieuré Grandmont construit sur un site occupé dès la préhistoire, le sanctuaire de Saint Michèle de  Sauclière appartient à l’ordre de Grandmont. Je fais un détour pour visiter le site. Je prends après une piste un sentier ombragé avec des odeurs de fleurs genêt, chèvrefeuille, orchidée, … Puis je marche sur une très longue falaise qui domine la nature. Arrivé à Soumont. Sur la gauche une table d’orientation avec un panorama sur le mont St Saint Baudille, le lac de Salagou « ou je ferais bien trempette » et la massif de l’Escandorgue » magnifique, dur mais ça se mérite et je bifurque vers les Fignol, puis la route, une large piste empierrée re route et la descente en sous-bois de chênes vert « Quercus Ilex ». Je passe au-dessus de la A75 creusée dans la falaise et arrive enfin à Lodève. Patrimoine bâti Saint Michel De Grandmont, un destin lié à Saint Fulcran qui aurait été pèlerin de St. Jacques il s’établi dans le Château et frappe monnaie, un hôpital aujourd’hui disparu et Lodève connaîtra ses périodes mouvementées, lutte contre les Cathares, puis les Protestants et sera le fournisseur de drap pour l’habillement des armées Royales.

Demain Lodève a Joncels 23,5km en 6 heures pour moi ce sera du 7 heures.

Allez bonsoir, la bizzz et à demain.

2012_072-arles-a-la-salvetat-225x300

 

L’avis de l’expert

  • Du Conseiller au marcheur, Cri cri, à la vue de la première photo, tu n’es plus que l’ombre de toi même !!!!! On voit à travers !!!Il faut que tu fasses très attention à ta petite personne, veille à ce que tu manges, avec qui tu manges, avec qui et où tu couches. Au fait, je ne fais pas suivre aux Mousquetaires, dois-je le faire ?   Peut-être s’est-on mal compris au début de ta grande marche ? Merci de me le préciser. Pourrais-tu me ramener quelques brindilles de thym et des petits gris (tu dois en trouver beaucoup le long des chemins).

Bonne fin d’après-midi

Bon courage

A+++

Jean Pierre

 

9_Lodève 160 m à Joncels 385 m

 

23, km 6:15 heures

Matin 18• Après-midi 28•

Levée 6:30 départ 8:00, 0:30 pour avoir le PD. Je reprends le GR 653 commun au 7, bon gros travaux dans Lodève et je tourne en rond pendant 30mn. Finalement c’est une Départementale jusqu’à un pont puis les rues piétonnes. Je fais mes courses dans chez Carouf express et passe une passerelle sur le ruisseau de la Saloubre, le quai de la Mégisserie je passe un pont roman à arche unique en ogive construit au XIVe pour accéder au quartier de Tones où se trouvait les cuves des tanneurs, les bains et le moulin du chapitre je continu le chemin de Tines, goudron, puis un chemin de terre bordé de vieux murs en
pierres sèches, passer par une Dép. Pour arriver à une aire de pique-nique trop tôt. Depuis le départ ça monte sur une bonne dizaine de km et de toute
façon ça montera pratiquement toute la journée mais en moins dur que St. Guilhem, le col de Défriche et l’attitude maxi sera à 730m, le GR 7 part
plein sud-ouest pendant que le GR653 plein nord pour remonter Bernagues en empruntant une Département sur 4 km, là commence la descente, je m’arrête au magnifique Mas Caysso à l’abandon ou je prends mon pique-nique sandwich tomate jambon gruyère, abricots et 1/4 de pomme. Descente en lacets et franchit un vallon boisé et le Sourlan, je remonte vers le Col de Roube, une descente vers et passage du ruisseau le Mélac et pour terminer la montée vers Joncels jusqu’à mon étape la Villa Issiate magnifique maison tenue par Alain (un Pèlerin) et son épouse (idéale pour randonner dans le secteur) de plus excellente table type ferme auberge. Là je retrouve Edith, Marie et Serge ou nous passerons une excellente soirée avec discutions animées entre Serge et Alain sur le rôle des maisons d’accueil des Pèlerins et moi-même sur la notion de marche forcée des Pèlerins et celle des randonneurs  »découvreurs », recherchant la communication, le défi sportif et la notion de sortir de son cadre de confort personnel.

Joncels, un village autour de son Abbaye médiévale bénédictine de St Pierre aux Liens VIIe.

Demain Saint Martin d’Orb à Mècle 21,5 km estimé à 6:15 heures, l’étape la plus dur sera après demain on monte à + de 1000 m.

La bizzz et bonne nuit

Pas de réseau à Joncels donc sa arrivera mais quand???

2012_098-arles-a-la-salvetat-225x300

 

2012_091-arles-a-la-salvetat-300x225

10_Saint Martin d’Orb à Mècle

 

La journée des Cols

22,6 km 7:00 heures

Départ 18• Après-midi 28• temps lourd, très légère pluie.

Debout à 6:30, PD 7:15 et départ de St. Martin d’Orb à 8:30 ou le village a été marqué par l’industrie minière. Le charbon servit à alimenter la verrerie et fermée dans les années 50. Direction le vieux village, donc on monte, monte jusqu’au hameau de la Seguinerie ou Edith, Marie et Serge me rattrape ils étaient parti sur St. Martin d’Orb faire des courses. C’est plus régulier en groupe on s’arrête moins, Edith et Serge on prit de l’avance et avec Marie on marche plus vite, nous empruntons un chemin à travers des murets en pierres sèches qui serpente à travers une châtaigneraie et débouche
au Col des Sourds, puis une forêt de chênes verts sa monte toujours nous contournons la combe du ruisseau de Roufiac avec un magnifique point de vue sur la vallée de l’Orb. Nous empruntons une large piste entre des pins sylvestres ou nous atteignons une tour de guet au sommet du Méguillou, là nous passons 2 jeunes Pèlerins de 20 ans, puis au loin le massif de l’Espinouse « exploitation industrielle de charbon du XVIIIe pour cesser en 1992. Nous passons le Col des Clares ou nous arrêtons pour le pique-nique avec table et banc, Edith et Serge sont là avec un couple de Réunionnais   Nous repartons et là Edith et Serge filent sur une montée dans une forêt de sapins, on passe les Cols de la Vignère, Peyremale, du Liourel, puis une piste forestière dans une hêtraie et descendons au Col de Serviès.  Nous contournons le mont Agut, enfin une descente douce jusqu’au Col de la Font puis le Col de Layrac, le Col de de la Fontasse et enfin l’arrivée à Mècle. Bon 1/2 panaché, douche, linge mais en machine, les filles s’en occupent, re panaché, les 2 jeunes arrivent claqués.

Le soir à table Michel le propriétaire nous à préparer un repas simple mais excellent, salade du jardin, poulet et riz aux cèpes façons rizotto et pour finir quelques pâtisseries, puis à la demande de Michel, vient le tour de table des motivations de chacun sur la raison d’être de cette marche, les jeunes vont
jusqu’à St Jacques ainsi que Edith et Serge, Marie et moi nous arrêtons à la Salvetat sur Agout, ce fut un grand moment d’écoute et surtout d’émotion « top secret ».

Voilà une bien belle étape.

2012_110-arles-a-la-salvetat-225x300

2012_105-arles-a-la-salvetat-225x300ien.

Cela fait tout de même +/- 220km que je marche et à part 2 étapes très difficiles la forme est bien là et je m’étonne de ma facilité en fait plus on marche plus cela devient facile. On a toujours mal quelque part mais il suffit d’y penser pour que le mal disparaisse ou apparaisse autre part, enfin ce ne sont que les petits bobos dominés par le spectacle quotidien. Demain une toute petite étape moins de 15 km sans difficultés.

11_Mècle à Castanet le Haut

La journée détente.

13 km j’ai traîné, parlé, regardé, fait des photos une très petite journée quoi.

Départ forte pluie ça rafraîchi et c’est bien sauf que ça glisse donc je me l’ai fait cool.

Ce matin on se quitte avec les jeunes que je ne voie pas partir, Edith et Serge qui poursuivent leur chemin jusqu’à St. Jacques, et est mine de rien
est leurs 4ème chemins vers St Jacques, donc chapeau bas, bisous et à bientôt  sur le net pour échanger photos, souvenir et je ne sais quoi un
peu de tristesse ça passe trop vite même si la marche est parfois un peu difficile, ce qui compte finalement c’est les échanges et sortir de sa routine.

Donc je m’engage vers une petite balade de 13km je traverse le village de Mècle 17 habitants et là plus de jeunes que de vieux, je passe le Col de Las Couchas!!! Entre les buis et sous de bonnes averses, je croise une pèlerine qui revient de je ne sais ou sans cape et arrêtée, je converse peu parce que ce n’est pas le jour, je marche même trop vite et comme sur la descente la pierre est glissante je glisse doucement par deux fois sans dommages sur un chemin caladé, je passe St. Gervais sur Mare avec une vue un peu brumeuse de Nayran. J’appelle le Gîte pour confirmer mon arrivée vers 16 heures, passer un petit coup de fil pour rassurer parcelle que depuis deux jours c’est comme au moyen âge il n’y a pas  de réseau, m. SFR  ne passe pas Mrd. Là je croise une femme de la ville qui ne supporte plus la ville et vie  à St. Gervais plus calme mais bon il faut le mériter parce que hors saison ce doit tout
de même pas être facile chacun sa vision,  encore un chemin caladé (cherche la définition) je me pause pour le pique-nique « sandwich thon,
tomate et œuf dur un peu sec » je repars et voilà je suis à Castanet le Haut bien trop tôt 14:00 alors que j’avais donné rendez-vous à mon hébergeur
vers 15 heures, mais pas de réseau je croise bien un résident qui m’indique la canin téléphonique mais que ni, ni monétaire ni CB même avec le code donc
j’attends je ne sais mais j’attends et puis un artisan arrive il est 15:00 « avez-vous du réseau? » Génial une barrette mais faut pas bouger, bien
entendu même si c’est à 8 km ils se connaissent allo Daniel, ton client est arrivé ok je descends et il arrive tout de même à 16:00 heures et je me
suis pris une ou deux rincées. On arrive dans un gîte magnifique, il me conduit à ma chambre 4 lits heureusement je suis seul et disparaît, un moment
d’angoisse, au bout d’une heure j’ose sortir du dortoir et me rapproche de la salle commune un feu de cheminé et c’est l’été enfin au mois de juin mais un
peu humide donc justifié, il me propose l’apéro, non merci plutôt du vin et c’est un Fougère qui m’accompagne pour faire le CR du jour, puis c’est le dîner
salade du jardin, omelette aux cèpes, fruit et pâte de coing avec le Fougère qui va me faire toute la soirée parce que je suis seul devant la cheminée et
finalement c’est pas si mal sauf qu’à 10 heures toujours devant la cheminée la bouteille est vide !!!.

Demain direction Murat sur Vèbre avant dernière étape et 26km.

Bonne nuit ou bonjour si il y a pas de réseau.

2012_116-arles-a-la-salvetat-300x225

 

  • Salut
    mon copain, tu tiens le bon bout ! et je vois que tu as le moral et la
    forme surtout. Mais attention, je vois que tu t’habitues aux cèpes tous les
    jours. René G
  •  Bravo mon frère, je suis super fière de toi, de ta motivation, de la profondeur
    de ta démarche. Je t’envie grave !!!!!! En ce moment il y a une émission
    sur France Inter sur les marcheurs et ce qui les détermine à partir….. Je
    t’embrasse à bientôt. Dany

12_Castanet le Haut à Murat sur Vèbre

 26 km 6:30 heures

Matin pluie jusqu’à 13:00 heures

Debout 7:30, PD, préparation du sac et départ vers Castanet le Haut, direction le col de Ginestet, un jeune Pèlerin est assis sur un banc et à de sérieux doute sur le nombre de km qu’il a à faire, il vient de faire 9 km et pense qu’il en a encore 35, comme nous allons dans le même village, je le rassure et nous
partons vers la maison forestière de saurer, traverse deux prairies, monte jusqu’à la ferme de Prat de Sèbe puis par la route pour atteindre le Col de
Ginestet (889 m).

Puis vert la source de Cap Estève, là je pénètre dans une forêt de pins exploitée par une entreprise forestière qui massacre tous les chemins, la signalisation et je monte, monte et ne voie plus de marque pour arriver sur une zone de coupe je marche dans la boue 2 chiens aboient, finalement je fais demi-tour pour découvrir la marque du GR dernière une bonne hauteur d’arbres coupés. Je m’enfonce dans la forêt me retourne et voie un randonneur Canadien Alain de Québec nous échangeons sur le trajet, il me confirme avec son GPS que nous sommes sur la bonne piste. On se parle mais  je ne le comprends pas bien avec son accent, finalement je file il ne marche pas assez vite, passe la source de Cap Estève, je passe un champ d’éoliennes, impressionnant le nombre qu’il y a sur plusieurs collines, je traverse le ruisseau de Nissoulière et remonte au col de Garenne. Je prends mon pique-nique au bourg les Senausses ou un villageois plutôt jeune, les dents de travers me rejoint pour faire la conversation et me dire qu’il y a beaucoup de pèlerins qui passent, je repars et me rapproche de Murat sur Vèbre, un peu d’élevage et surtout des brebis pour le Roquefort, enfin j’arrive à mon étape, une grosse lessive de plus celui de la veille avec ce temps humide n’était pas sec ce matin.

Demain dernière étape jusqu’à la Moutouse 16km, samedi La Salvetat sur Agout 5km, le bus direction Béziers et dimanche le retour.

La bizzz et à demain.

2012_129-arles-a-la-salvetat-300x225

 

  • Coucou papa, n’ayant pas réussi à te
    joindre ce soir, je te souhaite une très agréable dernière étape. Je
    t’embrasse. Nathalie

 

13_Murat sur Vèbre à la Moutouse

17km 4:30 heures

Matin et après-midi beau temps pas trop chaud

Vu le nombre de km grasse matinée levée à 8:00 et départ 9:30. Je file vers le ruisseau des Roucarels, puis celui des Farges, passe devant le cimetière et là un homme d’environ 80 ans un bouquet de fleurs à ma main m’interpelle je sens qu’il veut parler et voilà gagné, vous allez ou?  Et puis la conversation
s’engage d’où je viens, ce que je fais, quel âge, … Et puis lui ses enfants, petits-enfants, son service militaire, la totale, vous voyez, les fleurs c’est pour ma femme qui est là depuis 5 ans. Je me décide à partir vers le bourg de Condoubre par un chemin empierré puis arrivée à une Métairie je continu dans la vallée de la Vèbre. C’est une région d’eau il y a des sources et ruisseaux qui sortent de partout et même parfois sur les chemins, aujourd’hui j’avance trop vite donc je flâne prend des photos il fait beau pas trop chaud les chemins sont magnifiques passe à côté de bergerie région productrice de lait de brebis pour le Roquefort élevé et conservé dans les « caves » proches de Sainte Afrique. Je pique-nique sur une aire aménagée dans le village de Villelongue, en haut on domine le lac de Lauzas que j’ai longé durant 4 km et son île. Je passe les Jasses dé Paouret, Del Baccut, puis hors GR un chemin menant à des
gravures rupestres mais je ne voie pas ce chemin. J’arrive au Rec Del Bosc (984 m). Là je prends une piste sablonneuse et tombe sur un message de Brigitte et Jean-Yves écrit sur le sol « bonjour Marie » c’est finalement ça les chemins des rencontres de l’amitié et le partage du chemin parfois dans le silence mais avec toujours une pensée pour les autres.

2012_178-arles-a-la-salvetat-300x225

Je rencontre Jean-Luc l’étudiant Canadien qui avait un doute sur le nombre de km à Castanet le Haut qui m’accompagne jusqu’à mon étape du jour au bord d’un étang des Landes. Je retrouve. Marie et deux nouveaux qui vont à Toulouse Marité et Vicente avec qui nous dinons le soir eux font aussi les chemins en étapes de 10 jours.

2012_158-arles-a-la-salvetat-300x225

 

Demain la Moutouse à la Salvetat 5 km et 13:15.

Bus vers Béziers arrivée à 15 :15, train à 17 :20 Béziers, Marseille, Toulon arrivée vers 20:45.

Voilà la fin de ce beau chemin que je reprendrais dans un an la ou je l’ai laissé. En attendant rendez-vous en septembre avec Claude et Bernard au départ du Puy en Velay ou nous essayerons d’atteindre Conque.

A tous ceux qui m’ont accompagnés « Le couple du début, Marie, Edith et Serge, Brigitte et Jean-Yves, le couple de Réunionnais, Jean-Luc et Alain les Canadien qui avait un accent incompréhensible même Jean-Luc ne le comprenait pas, les passants et passantes qui passent ou s’arrêtent pour parler de tout et de rien mais toujours avec convivialité ». Et merci de tous vos petits messages d’encouragements, bonne nuit et la bizzz.

 

 

  • Tu as vraiment
    la manière pour écrire une belle histoire. La bizz mon copain. René G
  • Salut Cri cri, Magnifique épopée personnelle, culturelle et physique. Tu nous a bluffe !.Beaucoup d’admiration tous  les niveaux ! Tu vis et découvre beaucoup de choses extraordinaires et je te de ouvre aussi….Je lirai plus en détail a mon retour a Marseille. Grosses bises…je pars dans ma montagne a la rencontre des….chamois. Jean-François J

 

  • Bonjour à vous tous, désolé les Mousquetaires, nous avons eu des problèmes de liaison et d’incompréhension avec notre Cri cri d’amour. Lorsque je transférais à tous, je croyais que vous étiez déjà destinataires, ce n’était pas le cas.J’ai eu de mon côté beaucoup de travail et j’ai été dépassé par les événements, entre autre de nombreuses réunions de Conseil de Quartier, de Conseil de Développement, de préparations pour la Fête de la Sainte Marie Madeleine, j’ai enfin terminé la peinture des volets (stoppée en novembre 2012), j’ai été inondé de messages (80 en moyenne par jour) de ce fait j’en ai viré une très grande partie, je n’arrivais plus à suivre. Préparer avec Marie France notre voyage en Sicile début juillet, faire le jardin potager, planter,
    repiquer, arroser, mettre les tuteurs etc., traiter une grosse branche d’un arbre qui s’est écroulée et qu’il a fallu débiter, et enfin pour couronner le
    tout, le palmier que a pris le charançon du palmier et qui va surement mourir. De plus Cri cri qui marche trop vite, il brule les étapes et cela ne va pas du tout. Quelques mesures à prendre :Rallonger les étapes, lui mettre 20 kg de cailloux dans son sac à dos, mettre des mines sur la route, déposer délicatement de jeunes filles à chaque croisement de chemin, le faire picoler un peu plus que de coutume à chaque étape, lui servir du cassoulet à chaque repas. Pour lui cela va bien, il a une santé de fer.Il pète de santé, vous trouverez ci-dessous le résumé de son avant dernière étape. Bientôt il va nous revenir plus fort qu’il ne l’était. Bises chez vous tous.

Jean Pierre

 

14_La  Moutouse à La Salvetat sur Agout

5km 1 :15 heures

Debout à 8 :00 heures, Marité et Vincente sont déjà sur le départ direction Anglès courage pour eux la suite et direction la ville rose, le petit déjeuner, préparation du sac et départ avec Marie vers la Salvetat sur Agout par un temps plutôt doux mais avec la polaire tout de même il n’y aura qu’une légère montée en arrivant sur la Salvetat, quelques provisions, fruits une tomate pour compléter le restant du sandwich de la veille et tour de la ville et pour le dessert nous pensions avec Marie à une pâtisserie ou une glace, pas de chance ils sont en vacances avant les touristes de l’été. Donc je les verrai en septembre au mariage de Elodie et David. Pourvu que les gâteaux soient du « Flipo ».

2012_194-arles-a-la-salvetat-300x225

  • La Salvetat, un village médiéval haut perché, une terre d’accueil depuis des siècles.
  • C’est au Haut Moyen Age que furent bâties les premières habitations de la cité, dans une vallée, autour d’un monastère. Le pont et la chapelle Saint Etienne en sont aujourd’hui les témoins. Mais à partir du XIIème siècle, le village de La Salvetat s’installa sur un piton rocheux, non loin de la vallée, afin de fuir les nombreuses attaques de
    cette époque. En ce temps-là naquirent des mésententes car la cité ne devait pas servir de place forte mais de lieu de refuge, de sauveté pour se protéger (d’où le nom du village « Salvetat« ).
    Par conséquent, elle subit de nombreuses modifications comme la construction puis la démolition des remparts. Cependant, quelques vestiges subsistent …
  • Au XIVème siècle, La Salvetat passe sous la dépendance de l’Evêché de St Pons de Thomières. Les évêques s’installèrent alors au château qui devint leur résidence d’été. Et c’est au XVIIIème siècle lorsqu’apparurent les premiers départements, que le village devint le chef-lieu du canton (Fraïsse, Le Soulié).
  • Mais à partir de la Ière Guerre Mondiale, l’exode rural et une forte chute démographique frappèrent la région.
  • Aujourd’hui, cette commune de 1200 habitants (environ 5000 au XIXème s.) vit principalement du tourisme et de la polyculture. En effet, on y élève porcins (charcuterie et salaisons), bovins (veau rosé …) et ovins (lait de brebis pour le Roquefort), et depuis 1958, La Salvetat jouit d’un superbe lac, la Raviège, sur lequel toute les activités nautiques sont proposées (sauf le jet-ski). L’arrivée de l’unité d’embouteillage « Salvetat » en 1992 a
    également renforcé l’image du village qui est devenu célèbre dans toute la France grâce à son eau minérale naturellement pétillante!
  • Les visiteurs n’ont que l’embarras du choix en venant chez nous. Ce village étape sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle accueille tous les pèlerins : sportifs, curieux, amoureux de la nature et des vielles pierres, mais aussi gourmands de produits typiques!
  • La Salvetat, terre d’accueil depuis des siècles, vous ouvre les bras!

2012_193-arles-a-la-salvetat-225x300

 

Et puis plein d’autres photos dans la galerie

Mes chemins de Compostelle
Album : Mes chemins de Compostelle
Les photos de mes marches Vézelay à Arfeuilles, Arfeuilles au Puy en Velay, Arles à la Salvetat
145 images
Voir l'album

 

La feuille de route:

fichier xls 2012-06_Organisation Chemin de Compostelle (Arles à Toulouse)

 

 


Auteur: Christian Cadiou

Christian Cadiou

Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
juillet 2013
L Ma Me J V S D
« juin   oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Lumière

Lumière

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mes albums photos

  • Album : Tanzanie safari photo avec Vie Sauvage
    <b>A_IMG_5819</b> <br />
  • Album : Parc ornithologique de Pont de Gau
    <b>IMG 6822 - Copie</b> <br />
  • Album : Les copains d'abord
    <b>image034.jpg</b> <br />
  • Album : Mes chemins de Compostelle
    <b>2012_047 Arles à La Salvetat</b> <br />
  • Album : Mes préférées
    <b>image10013.jpg</b> <br />

Pages


Vakantie B&B Bretagne-n... |
Des chapeaux, des samouraïs... |
cyticat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Location de Meublés à Eugén...
| My World
| pour le plaisir d échanger