• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 28 août 2015

Archives pour 28 août, 2015

Compte rendu de la réunion des mousquetaires du 28 mai 2015 chez Claudius de Pourriérus

Bonsoir Christian,

 Claude_A_Mai15_20150528_0029_2

Après moult péripéties avec FREE, le changement d’opérateur, l’apprentissage de la nouvelle configuration…..me voilà d’attaque pour te transmettre le compte-rendu de notre réunion des Mousquetaires du 28 mai dernier, réunion qui fut finalement la dernière de la saison comme la réunion de juin fut annulée.

 9782754038492

 

Le rendez-vous était fixé non à Pourrières mais à Aix, notre activité culturelle du matin étant la visite d’un hôtel particulier du XVIIIème siècle, récemment restauré et transformé en centre d’art.

Claude_A_Mai15_20150528_0001

 Heure du rendez-vous : 9h30 , lieu :café Le Grillon, sur le cours , à Aix. Et quand on parle du Cours dans cette ville, il s’agit tout naturellement du Cours Mirabeau ( alors qu’il y le cours Sextius, le cours des Arts et Métiers…) avenue célébré dans le monde entier, ne serait-ce parce qu’elle fut célébrée en son temps  par Apollinaire  » Sous le pont Mirabeau , coule la Seine   » ….Comment-ça, je me trompe ? le poète ne parlait pas d’un cours mais d’un pont ? Bon, bon, mais un cours, un pont, un pont , un cours, certes, ce n’est pas pareil, mais sous un pont, qu’Est-ce qu’il y a ? Un fleuve, une rivière, un ruisseau, bref, un cours d’eau ! donc, un cours ….et ce mot est donc tout à fait à sa place dans la citation que je cite parce que ce site aime être cité dans une belle cité …je reprend : et vous me dite qu’Apollinaire parle de Paris et non d’Aix ? La belle affaire !   …. Aix, comme chacun sait, est une ville de spectacles, avec le Grand Théâtre de Provence , le festival d’Art lyrique qui, en avant-première, donne une représentation gratuite  sur une scène installée en haut du cours Mirabeau ; et comme on est dans le sud, la représentation est plutôt décontractée, voire cool , comme on dit aujourd’hui . Aussi, le vers d’Apollinaire devrait s’écrire ainsi : » Sur le cours Mirabeau, cool, la scène ! «    CQFD, comme on dit …..

Mais revenons à nos moutons .

Rendez-vous au Grillon sur le cours, à Aix, cet établissement étant le seul fréquentable de nos jours sur le cours, » les deux garçons  » étant devenu un piège à touriste ( touristes fortunés quant on voit leurs prix …) ,  » La belle époque » n’étant plus d’époque,  » le café de Paris  » ayant un nom qui est une vraie provocation pour tout provençal normalement constitué ( c’est à dire supporter de l’OM ) et les autres cafés ne présentant aucun intérêt , en tout cas le matin, le soir ? je ne sais pas …

La convocation précisait  » 9h30- Le Grillon- cours Mirabeau, pour boire le café et regarder passer les filles  » . Nous avons quitté cet établissement à 10h10, le café était bon….et les filles n’arrêtaient pas de passer !

L’hôtel de Caumont étant à 2 pas, nous y fumes en 2 minutes. Nous, c’est à dire Alain, Patrice, les deux Claude et les trois Jean ( Jean-François, Jean-Paul et Jean-Pierre ) , sept au total, soit 63,33 %de l’effectif. Le quorum statutaire étant atteint ( 60% de l’effectif total des inscrits , à jour de leur cotisation ) la visite pouvait commencer.

Claude_A_Mai15_20150528_0027

Comment ça, il n’y a pas de statut ? et depuis quand ? depuis toujours ! et c’est maintenant que je l’apprends ….mais que fait notre Secrétaire Général Perpétuel Autoproclamé ?

 

Donc, début de la visite de l’hôtel de Caumont, avec, pour commencer par le commencement , un bref historique de ce site :

 Claude_A_Mai15_20150528_0003

Le bâtiment a été construit en 1715, en plein cœur du quartier Mazarin ( le quartier chic de l’époque , et qui , depuis , est devenu très chic…et donc très cher ! ) sur un terrain acheté à l’ordre religieux des Feuillants par un certain François Roland de Reauville , marquis de Cabannes , qui se fit appeler par la suite François deTertulle ( restons simple …) pour une raison que l’on ignore et dont, entre nous, on se contrefout . Notre sieur François , pour rester simple fit appel à un homme de l’art qui n’était que le premier architecte des bâtiments du Roy, et qui dessina cette splendeur de bâtiment ( comme quoi, on peut conjuguer simplicité et splendeur , ce que , sans le savoir , nous avons repris à notre compte, puisque nous sommes restés simples tout en étant splendides, enfin, certains d’entre nous dont je ne citerai pas le nom, mais suivez mon regard….)

Claude_A_Mai15_20150528_0005 Claude_A_Mai15_20150528_0006

 

Au fil du temps, des mariages, des héritages , cet hôtel particulier tomba dans l’escarcelle d’un certain Amable de Seytres , marquis de Caumont , qui donna son nom définitif à ce bâtiment. Ce charmant marquis ( j’ai dit charmant, pas divin…) épouse de Pauline de Bruny qui était devenu propriétaire de cet hôtel par héritage , se vantait : » d’avoir pris à la Provence sa plus belle fille, son plus bel hôtel, son plus beau château et sa plus grosse fortune ! « 

Marquis de Caumont  epouse Marquis de Caumont

Il y a des gens qui n’ont pas de chance dans la vie ….

 

L’hôtel de Caumont connut des fortunes diverses , comme on dit, immeuble de rapport divisé en appartements ( l’immeuble a une surface de 2000m2 ), pendant la seconde guerre mondiale il abrita des résistants, il fut squatté et en 1964, la ville d’Aix en fit l’acquisition pour en faire un conservatoire de musique et de danse. En 1987, le bâtiment est classé monument historique.

 Claude_A_Mai15_20150528_0007 Claude_A_Mai15_20150528_0008 Claude_A_Mai15_20150528_0011 Claude_A_Mai15_20150528_0012

La ville le céda à Culturespaces en 2010 ( on parle d’une transaction de 10 millions d’euros ) qui le restaura entièrement et en fit un centre d’Art  qui ouvrit en mai 2015 avec une exposition de prestige consacrée au peintre vénitien Le Canaletto. 

 

Un mot sur Culturespaces :

-C’est une entreprise de valorisation et de gestion de monuments historiques , de musées et de sites historiques. Crée en 1991 par Bruno MONNIER , ancien haut fonctionnaire du Ministère de la Culture, c’est une SA ( donc à but lucratif ) qui emploie 250 salariés environ, a fait un CA de 26 millions d’euros en 2012 et généré un bénéfice de 900 000€.

Bruno

-Elle a bénéficié de l’aide de grandes entreprises françaises comme Havas, Crédit National, Lyonnaise des Eaux et GDF-Suez ( maintenant Engie ) qui est son principal actionnaire.

-Sa vocation est d’offrir un service global de gestion culturelle et économique dans le cadre de délégation de service public ( tiens, tiens, ça doit rappeler quelque chose à quelques uns d’entre nous …) mais l’hôtel de Caumont est le seul bâtiment historique que Culturespaces ait acquis.

-Cette entreprise gère 12 sites historiques en France , 9 dans le sud, dont les Baux de Provence ( château et carrière d’images ) que le Glaude de Marignane et moi connaissons bien , comme lui et moi connaissons bien un autre site géré par Culturespaces, la cité du train à Mulhouse. Allez savoir pourquoi….

-et à propos de cette cité du train, qui sait parmi les Mousquetaires que le Glaude de Marignane a fait don d’un objet remarquable à ce musée ?  Non, non, Jean-Pierre, ce n’est pas une rame de TGV, c’est un objet plus modeste ; non, non, Jean-François, ce n’est pas un chef de gare, c’est un objet , et un chef de gare n’est pas un objet ! Quoique ….

Celui qui trouvera la bonne réponse aura droit à la récompense habituelle , c’est à dire un Carambar NEUF, et dans son emballage d’origine, s’il vous plait !

Alors qu’elle est la réponse ?

et pour finir cette digression sur Culturespaces, cette entreprise a crée une fondation dont l’objet est de donner aux enfants malades ou défavorisés l’accès à l’art et au patrimoine . Initiative sympathique , mais pas complétement désintéressée quand on est une entreprise commerciale …

Pour de plus amples informations sur cette entreprise et l’hôtel de Caumont, vous pouvez consulter Wikipédia dont j’ai tiré le plus gros des informations citées plus avant.

 

Revenons une fois encore  à nos moutons et à notre entrée dans l’hôtel de Caumont ( je ne ferai pas une description de l’hôtel car tout ce que je pourrai écrire sur ce sujet ne vaudra jamais ce que vous pourrez voir sur Internet )

 

Nous fimes notre entrée par la porte d’entrée vu que la porte pour sortir est faite pour sortir ,( quand bien même il s’agit souvent de la même porte ) et qu’il est  admis à peu près partout dans le monde que l’entrée se fait plutôt en début de visite , ce qui fut le cas . 

Donc, nous entrâmes.

Charmant accueil fait par de charmantes demoiselles , toutes de même style mais charmantes, auxquelles certains d’entre nous tentèrent de faire du charme pour obtenir des prix sur le billet d’entrée , le billet de sortie étant gratuit.

Mais, bien que peu expérimentées, aucune de ces charmantes jeunes filles ne succomba au charme ravageur de notre négociateur en chef : nous n’étions pas assez nombreux pour faire un groupe, et notre âge n’était pas un motif de réduction du prix, même ce n’était pas du tout leur problème…( il est vrai que c’est plutôt le notre ! mais passons….)

Donc, nous payâmes .

Et l’on peut dire que nous en eûmes pour notre argent : l’hôtel a été magnifiquement restauré, avec beaucoup de goût, la reconstitution de certaines pièces est très réussie( salon de musique, chambre de Pauline de Bruny ) et s’accompagne d’explications complètes et précises sur les meubles composant la reconstitution.

Mais, tout d’abord, au rez de chaussée, à gauche la boutique – librairie ( par laquelle on est obligé de passer quand on a fini la visite de l’exposition ) et à droite, la partie restauration et les jardins. La partie réservée à la restauration est très attrayante, meublée et décorée dan le style XVIIIème, et la carte du restaurant a bien évidemment retenu toute notre attention . Il y a , à la carte, un steak tartare , et comme par hasard, comme nous étions absorbés par la lecture de la carte, le chef de cuisine vint à passer …et il a eu droit à la question qui tue  » dites-nous, chef, le tartare, il est coupé au couteau ?  » hélas, hélas, hélas, trois fois hélas, il ne l’est pas !

la messe était dite….

Pour la petite histoire, la brasserie du Cours, à Trets ( Bouches du Rhône ) bistrot sympa, dans prétention, au décor tout à fait banal, sert un tartare de Charolais coupé au couteau servi avec des frites maison pour la somme de 14,90 € ! Je ne l’ai pas encore essayé car je ne cavale pas après le tartare ( quelle est la mauvaise langue qui susurre que si c’était UNE tartare , j’irai à grandes enjambées …) et la Miche-Miche aime la viande de bœuf archi-cuite ( nobody is perfect….) mais un jour, on pourrait organiser une expédition de Mousquetaires dans cet établissement, juste pour voir .

Ceci exposé, revenons une fois de plus à nos moutons après avoir quelque peu dérapé sur le bœuf !

 

Avant d’entrer dans l’hôtel proprement dit, nous fûmes invités à voir un petit film sur Paul Cézanne, l’Aixois le plus connu au monde, film assez bien fait et intéressant mais dont on peut se demander quel est le rapport entre l’hôtel de Caumont et Cézanne ? A priori aucun, sauf peut-être que l’hôtel de Caumont est situé rue Joseph Cabassol, ce Cabassol ayant été l’associé du père de Cézanne dans ses activités de banque….pourquoi pas …..

 Cezame

Après cette mise en bouche et la visite de l’espace restauration , nous attaquâmes le plat principal , c’est à dire l’exposition consacrée au Canaletto . Et là, il n’y a que deux mots à dire : magnifique et superbe . Et si l’on veut ajouter un troisième mot : exceptionnelle .

 Claude_A_Mai15_20150528_0013 Claude_A_Mai15_20150528_0014

L’exposition regroupe une cinquantaine de toiles et dessins du peintre vénitien ( dont le vrai nom est Giovanni Antonio Canal ) sur Rome , Londres et surtout Venise ! Rien que des chefs d’œuvre prêtés par des musées du monde entier ( Budapest, Venise, Edimbourg, Moscou , Londres, Parme, Rome, Munich, Aix en Pce ( musée Granet ) New Haven, Birmingham, New York, Florence, Paris, Trieste, Berlin, Oxford…) et quelques particuliers, mais quels particuliers, la reine d’Angleterre, le prince du Lichtenstein, le duc de Northumberland…c’est une exposition époustouflante que je suis retourné voir deux fois !

Claude_A_Mai15_20150528_0016  Claude_A_Mai15_20150528_0019  Claude_A_Mai15_20150528_0020

Je ne pense pas que l’on revoit de sitôt une exposition d’une telle qualité, non seulement à Aix, mais en France, et j’invite tous ceux qui aiment la grande peinture classique à se précipiter à cette exposition qui devait fermer le 13 septembre prochain, mais qui , d’après ce que j’ai cru comprendre , devrait durer plus longtemps , vu son succès .

 

le site Internet  :

www.caumont-centredart.com

tel : 04 42 20 70 01

 

En sortant de l’hôtel de Caumont, nous reprîmes d’abord nos esprits, puis ensuite nos voitures  , pour quitter Aix et les Bouches du Rhône, et rejoindre la Provence Verte , le Var, et le beau village de Pourrières.

Pour ma part, je covoiturais avec l’un des Jean ( le Jean-Pierre d’Antibes ) qui, en pilote remarquable qu’il est , nous amena à destination avec un bon quart d’heure d’avance sur les autres ! Quand on est doué, on est doué…que voulez-vous ! ( à ce sujet, Jean-Pierre, je te rappelle que je dois 5,80 € au titre du co-voiturage )

 

Et là, quel choc ! passer d’Aix en Provence l’aristocratique avec Canaletto à Pourrières avec Valentin et Félicie …c’est plus qu’un choc, que dis-je, c’est un séisme , culturel, certes, mais un séisme, un changement de civilisation, une remises en cause de nos valeurs judéo-chrétiennes, en un mot : du brutal ! de quoi ébranler nos consciences, faire vaciller nos convictions les plus profondes, un de ces moments de la vie où l’on se pose la question existentielle que l’on se pose depuis la nuit des temps: » to be or not to be … »

Pour certains , la question fut plus prosaïque :  » Quand Est-ce qu’on mange ?  » …o tempora, o mores ….

 

Donc, nous mangeâmes..et même, nous bûmes …

  Claude_A_Mai15_20150528_0037 

  

Mais, tout d’abord, nous nous avons été accueilli par Super-Miche-Miche qui s’était vu imposer par deux des trois Jean ( le Pierre et le François ) de préparer le repas, juste pour voir si elle avait bien assimilée la formation culinaire dispensée par mes soins depuis de nombreux mois …(  la premier d’entre vous vous qui ricane, il a une baffe ! )

 Claude_A_Mai15_20150528_0032 Claude_A_Mai15_20150528_0033 Claude_A_Mai15_20150528_0034

Ce fut un repas alsacien , comme de bien entendu, et ce fut très bien , comme on pouvait s’y attendre de la part de Super-Miche-Miche :

 Claude_A_Mai15_20150528_0030 Claude_A_Mai15_20150528_0031

-Salade Alsacienne ( Frisée-lardons-croutons-œufs durs )

Claude_A_Mai15_20150528_0038

- le BAEKEHOF ( comme là-bas, fils, avec la kémia, et tout, et tout …) avec porc-agneau-veau ( moins sec que le boeuf) et pied de cochon pour le liant.

Claude_A_Mai15_20150528_0039 Claude_A_Mai15_20150528_0042

Claude_A_Mai15_20150528_0040 Claude_A_Mai15_20150528_0041

-les fromages avec, oh surprise, oh bonheur, accompagné de cumin et de carvi, sa majesté le roi de la vallée des cigognes , le MUNSTER.

Il n’y a pas de photo du fromage mdr alors Paulo

- et le dessert tant attendu : la tarte au fromage de Super-Miche-Miche ( Le Glaude de Marignane, je n’ai pas oublié que je  dois te transmettre  la recette , mais il faut d’abord que j’obtienne le copyright de Super-Miche-Miche, ce qui n’est pas de la tarte !)

Claude_A_Mai15_20150528_0045

On dit que les femmes font à manger et que les hommes font la cuisine, mais à cette occasion , on peut dire que Super-Miche-Miche a été un vrai mec ! ( si elle lit ça, elle me tue …)

Une œuvre d’art cette Miche-miche

Miche-miche

 

Et les vins, me direz-vous ? et bien  il y en eut ! sans doute de l’Alsace , vraisemblablement du Riesling , mais après le deuxième verre,  je ne me rappelle plus très bien … et même après le café ( il y en eut !) je ne me suis toujours pas souvenu de ce nous avions bu …

 Claude_A_Mai15_20150528_0035 Claude_A_Mai15_20150528_0049

Et après toutes ces agapes, comme d’habitude et comme il sied à des hommes qui savent vivre, et pour faire plaisir à l’un des Jean ( le François ) nous avons refaits le monde, pour la 142ème ou la 143ème fois , je ne me souviens plus très bien ( sans doute le Riesling ) mais ce que je sais, c’est qu’on avance , on avance ..

 Claude_A_Mai15_20150528_0043

Et après la 142ème ou 143ème réfection du monde ( et entre nous, il vaut mieux refaire le monde que refaire la peinture d’une salle de séjour, c’est beaucoup moins fatiguant, mais, dans les deux cas, et si la peinture de la salle de séjour est blanche , il est certain que l’on n’en voit pas le résultat tout de suite…surtout pour le monde , d’ailleurs )

EPO_2 

Après ces agapes et la réfection de la peinture de la salle de séjour…ah non, ce que l’on a refait c’est le monde ..à chaque fois, je me trompe…c’est agaçant…il est vrai que le Riesling se laissait boire…et d’ailleurs, pour qu’il n’y ai plus de confusion à l’avenir, je propose que lors de notre prochaine assemblée générale, on interdise aux Mousquetaires de refaire la peinture de leur salle de séjour ! Donc, après ces agapes, disais-je , il était prévu à la demande de l’un des Jean ( le Pierre ) qu’après le repas nous allions explorer les collines de Pourrières pour trouver le fameux thym des collines et le non moins fameux romarin de ces mêmes collines, avec capture des sujets les plus intéressants , comme la chasse au thym-romarin-pourrierois était encore ouverte à cette époque , et ce , conformément aux dispositions de l’article 11 des statuts des mousquetaires . Comment ça, il n’y a pas de statuts ? donc, pas d’article 11 ? et notre machin , ça marche quand même  ? depuis bientôt 10 ans ! et sans assemblée générale ? mais alors, pour la réfection de la peinture de la salle de séjour, je fais comment     

 , moi ? je fais une assemblée générale avec Super-Miche-Miche … Alors là, je suis mal ..et je crois que la réfection de la peinture de la salle de séjour, j’y ai droit !!! 

 

Mais revenons, non pas à nos moutons, mais à notre thym-romarin : et bien, la proposition de Jean-Pierre d’aller folâtrer dans la colline fut repoussée à la majorité des présents, le repas préparé par super-Miche-Miche ayant visiblement fortement édulcoré les envies d’activité physique d’après-bouffe, et ce , au mépris des usages immémoriaux des Mousquetaires ! Et quand, timidement, j’insistais pour que cette petite promenade se fasse, ne serait-ce parce que la veille, je m’étais donné la peine d’aller faire une reconnaissance pour  repérer l’état des gisements de thym-romarin, il me fut répondu que « ma reconnaissance », on s’asseyait dessus ! o tempora…o mores …. même les socialistes , ils n’ont jamais fait ça …

 

Et cette journée mémorable prit fin, sans thym, sans romarin,(mais avec Canaletto et du baeckeofe )et chacun est rentré dans sa chacunière .

Vive les vacances , et à la rentrée , chez Jean-Paul ! le 25 septembre, prière de s’inscrire


Auteur: Christian Cadiou

Christian Cadiou

Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
août 2015
L Ma Me J V S D
« avr   oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Lumière

Lumière

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mes albums photos

  • Album : Tanzanie safari photo avec Vie Sauvage
    <b>A_IMG_5819</b> <br />
  • Album : Parc ornithologique de Pont de Gau
    <b>IMG 6822 - Copie</b> <br />
  • Album : Les copains d'abord
    <b>image034.jpg</b> <br />
  • Album : Mes chemins de Compostelle
    <b>2012_047 Arles à La Salvetat</b> <br />
  • Album : Mes préférées
    <b>image10013.jpg</b> <br />

Pages


Vakantie B&B Bretagne-n... |
Des chapeaux, des samouraïs... |
cyticat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Location de Meublés à Eugén...
| My World
| pour le plaisir d échanger