• Accueil
  • > Recherche : fleur cailloux entraygues truyere

Résultats de la recherche pour ' fleur cailloux entraygues truyere '

2013_Compostelle du Puy en Velay à Conques N°4 et déjà +/- 1000km

L’organisation en fin de page

Préambule de Claude

2013_Compostelle du Puy en Velay à Conques N°4 et déjà +/- 1000km dans Mes Chemins de Compostelle img_11621-e1380704551223-112x150

 

Le chemin de Saint-Jacques, le « Camino » pour les initiés, c’est très tendance, certes, c’est même à la mode , indubitablement,mais les 205 kms entre Le Puy et Conques, il faut se les avaler, à pied, bien sûr, et avec un sac de 12 kg sur les épaules ! Et le chemin n’est pas tout à fait plat et quand il y a un dénivelé de 400 mètres sur une distance de 4 kms, pas question de faire du cinéma….encore que…

Car, à la réflexion, le chemin de Saint-Jacques (que l’on abrège très vite en  » chemin  » tout simplement) c’est comme un film, et un grand film ; il y a tout ce que peut rechercher un cinéphile :

-Tout d’abord, un scénario qui , au début, n’est pas original (C’est l’histoire de trois  gars qui , à pied , vont d’un point à un autre ) mais qui , au fil des jours, se construit, se corse ,avec des péripéties, des incidents, des coups de théâtre , des grosses rigolades, des blagues un peu grasses et parfois machistes mais jamais vulgaires,, des réflexion philosophiques que ne renieraient pas BHL , Michel ONFRAY ou Fréderic BEIGBEDER ( si , si , c’est un philosophe …) des instants de grâce et d’émotion ( quand l’on voit sa première vache Aubrac  et que l’on dit  » Mon Dieu que c’est beau , c’est inoubliable ) mais aussi  des moments de déprime  quand, par exemple , on pense ne plus avoir à faire que 4 kms et qu’il en reste 9 en réalité ,  de la souffrance physique causée à nos pauvres pieds  par une marche de 30 kms (heureusement, il y a la crème NOK de chez Aquiléine, qui apaise la douleur et met du baume au cœur Pour nous, le Saint-Chrême, c’est NOK  )

-des décors naturels somptueux, tantôt exaltants, tantôt déprimants ( selon le temps )  des villes et des villages magnifiques, authentiques, vrais  Nasbinals, Saint Côme d’Olt , Conques …) de grands espaces, immenses et lumineux, comme le plateau de l’Aubrac, enfin on le suppose, car on l’a traversé dans la brume et sous le crachin, une musique et des sons envoutants : les sonnailles des vaches paissant, le croassement des corbeaux en goguette, les aboiements furieux des chiens que l’on croisait dans les villages , le mâle rugissement d’un taureau en rut (impressionnant ..) le bruit sourd et continu d’un tracteur labourant calmement ( mais surement ) les champs à la terre bien grasse ; un seul bémol dans ce domaine : le bruit strident des tronçonneuses des types qui coupent leur bois pour l’hiver  ! Mais enfin, il faut bien qu’ils se chauffent et le chauffage au bois, c’est du développement durable …certes, ils pourraient couper le bois à la scie et le fendre à la hache…mais bon, on ne va pas mégoter)  

 - et puis, et là, c’est mieux qu’au cinéma, les odeurs : le foin et l’herbe fraichement coupés ( un délice ! ) les bouses, les tas de fumiers et le lisier des vaches  ( une horreur …mais c’est naturel ,,, et c’est mieux que les puanteurs citadines des bagnoles des villes …) ; heureusement que pour compenser , le soir, il y avait la bonne odeur de la soupe poireaux-pommes de terre, le fumet de l’authentique Aligot ( à la tomme fraiche de trois jours, sinon, c’est pas bon…) ou de la vraie truffade accompagnée de l’authentique saucisse de pays ; et quant aux odeurs de pieds, le soir, dans la chambrée, c’est une légende …

 - Bien évidemment, le film du chemin est en couleurs ,non rectifiées, en grand écran, avec des lumières naturelles, en version originale,  sans images de synthèse ( en bref, c’est un film  » Bio  » ) qui raconte une histoire, certes, mais qui a par instant un côté documentaire animalier , par exemple traitant des mérites respectifs des races bovines  » Aubrac », « limousines  »  » Montbéliard » « Charollais »,  » Highlands  » ( qui sont des animaux dont il faut se méfier , car, imprévisibles )  et même »  Bufflonnes « , ce qui, en plein Aubrac, ne manque pas de piquant !, ou encore, abordant le mystère non encore résolu des chiens
rencontrés dans les villages : pourquoi sont-ils tous noir et blanc ?

- Et enfin, et j’ai gardé le meilleur pour la fin : Une distribution éblouissante, voire étincelante :

- dans les trois premiers rôles masculins, les nouveaux pieds Nickelés, Filochard, (dit Iziget…) Ribouldingue et Croquignol, à savoir les deux plus beaux hommes d’Avenance et un illustre représentant de notre confrère mais néanmoins ami  Eurest, qui, quoique parisien, est néanmoins fréquentable car ancien élève de la fameuse école hôtelière de Clermont-Ferrand. Mais, comme dirait à son endroit  un certain Michel de nos amis  » No body is perfect …  »

 -dans les premiers rôles féminins, les gazelles lyonnaises, une brune et une blonde, la quarantaine triomphante,  »Roquépine » et Une de mai  » comme les avaient surnommées Frère Jacques (un très bon second rôle masculin), qui ont entamé le périple le cœur léger, la fleur au fusil (c’est une image) et sans le moindre bâton de marche, et qui l’ont terminé un peu fracassées, avec beaucoup de courage, dans la bonne humeur…mais en auto-stop.

- dans les seconds rôles masculins : Un authentique noble breton , la quarantaine triomphante ( lui aussi ! ) qui a commencé la marche en petites foulées et chaussures de trial dont il avait retiré les semelles intérieures, ce grand fol , chevaleresque ( il fut durant quelques jours le chevalier servant des gazelles auxquelles il apporta aide et assistance quand les donzelles commencèrent à avoir quelques bobos  au corps pour l’une, et à l’âme pour l’autre, mais en tout bien tout honneur) et qui s’est perdu corps et biens quelque part entre Nasbinals et Saint-> Chely d’Aubrac …

Un vrai savoyard d’Annecy,( Frère Jacques ) 66 ans, (donc, un gamin pour nous ) sec, nerveux, grand marcheur, grand causeur, et grand cœur , qui vola au secours d’une des gazelles en difficulté , avec panache et héroïsme ; lui, il alla jusqu’au bout, à pieds, et même, il poursuivit ensuite jusqu’à Figeac.

Puis un tas de « Guest-Stars  » , comme , par exemple  » l’adjudant-chef du gîte d’étapes de Saugues ; ou encore le couple franco-belge de Courtrai que l’on a vu régulièrement durant notre périple; ou la belle brune en noir, mystérieuse, belge, flamande, mais parlant français ( une fois ! ) ; ou les deux jumelles (monozygotes) toulousaines, l’une pharmacienne, l’autre médecin-cancérologue, verbe haut et vocabulaire châtié (on n’a pas rougi, mais bon, c’était limite) qui ont donné une consultation en plein chemin, qui s’est révélée précieuse pour l’un d’entre nous ; ou un  » frère-laïc  » ( on s’est vraiment demandé au début s’il n’était pas un prêtre en civil ) 73 ans, breton,  qui avait fait le chemin il y a dix ans, ancien directeur d’un établissement d’enseignement privé (
catholique , bien sûr ) de 3000 élèves à Quimper et qui nous a longuement parlé…du Vietnam ! ; ou le trio de jeunettes ‘  mignonnes, en jupettes blanches , l’une médecin fraichement diplômée, qui allait jusqu’à Saint-Jacques d’une seule traite avec arrivée prévue le 24 novembre ( une grande date , comme
chacun sait …) , l’autre interne en médecine et la dernière  » Manager  » ( dixit ! ) d’un Atelier des Chefs , avec des yeux magnifiques ; ou encore, dans le monde des dames encore, un couple, charmant, dont on ne s’est pas demandé longtemps les préférence sexuelles ( là aussi,  » No body is perfect  » comme aurait dit un certain Michel ) ; ou un syndicaliste CGT en exercice ( on rencontre vraiment n’importe qui sur ce chemin …) membre du CE de la CAF de Metz, ancien collègue de la compagne de l’un d’entre nous, ex- syndicaliste ( mais d’une organisation fréquentable) et ex-membre du CE de cette CAF, qui se connaissaient bien mais ne s’appréciaient pas beaucoup …et quand l’auteur de ces ligne a dit à ce monsieur qu’il était un ancien DRH….ce monsieur a été très fair-play …comme quoi, peut-être que la CGT a évolué….mais enfin, comme l’on dit, le monde est vraiment petit ! ou ce suisse-allemand , prix d’originalité avec son Bandama sur le front et son bâton de marche ornée d’une tête d’oiseau et de plumes ….

Et puis, et puis, beaucoup de gens, dont les  » hébergeurs  » (c’est le nom que l’on donne sur le chemin aux personnes qui reçoivent les marcheurs, dans les gites, les hôtels, les chambres d’hôtes…) qui ont toujours été aimables, gentils, serviables, (même l’adjudant-chef de Saugues, finalement) et souvent intéressants et très diserts, quand on les fait parler de leur village ou leur métier de base.

Et des tas de personnes, que ont fait dans ce film de la  » figuration intelligente », plus ou moins longtemps, et qui ont donné à cette aventure tout son intérêt et tout plein de chaleur humaine (quand bien même le matin, il ne faisait parfois que 4° Celsius.)

Un dernier mot sur cette distribution : elle est internationale, avec des français, des bretons ( qui parlent français ) des belges ( qui eux-aussi parlent français) des suisse-allemands (dont certains parlent français ) des irlandais ( qui baragouinent le français ) des australiens et des américains ( qui parlent parfaitement l’anglais ) et si la moyenne d’Age des acteurs de ce film est plutôt élevée ( et c’est un euphémisme …) , il y eut quelques instants de fraicheur ( et là, je ne parle pas de toute la pluie qu’on s’est ramassé durant les quatre derniers jours ) apportés par des enfants, comme cette petite fille de 10 ans à peine, toute fière et toute heureuse d’aider sa restauratrice de maman  à porter les assiettes aux  clients …

 Ce fut donc un film magnifique, émouvant parfois, souvent éprouvant, dont la durée pulvérise la durée de n’importe quelle superproduction
hollywoodienne ( 9 jours pleins, avec un entracte de 7 à 8 heures tous les soirs où l’on ne mangeait pas du pop-corn et où l’on ne buvait pas du Coca ! )
et dont , au final, et pour faire bref  ( j’en connais un qui devait se demander quand, enfin, j’allais faire bref …) on peut dire que  » le chemin de Saint-Jacques , c’est le pied ! « .

Et là, je parle au sens premier du terme, car, entre nous, au final, et pour faire bref (Là,  j’en connais un qui doit se dire  » Ca y est, il recommence !), les super-vedettes de cette superproduction; ce sont LES  PIEDS et la paire de godasses qui va avec, car c’est vraiment sur eux que tout repose, expression entendue au sens propre comme au sens figuré ! 

Alors, ULTREIA, et vivement la version 2014 qui sera tournée, à peu près à la même période, entre Conques et Moissac, avec les mêmes premiers
rôles masculins, si Dieu le veut, bien entendu …..

 

img_1167-150x112 Compostelle du Puy dans Mes Chemins de Compostelle      img_1227-150x112

 

Avant-propos de Christian

Voilà mon 4ème départ,  maintenant je ne pause plus la question de ce que je viens faire sur ces chemins, dès le départ, c’est un peu comme si j’avais quitté le chemin la veille, que c’était un nouveau départ après une nuit réparatrice, pour retrouver de nouvelles rencontres, de partages, d’observations, de réflexion, de petits mots d’encouragement aux autres pèlerins et voilà même motivation, même plaisir de marcher de se faire un peu mal, l’objectif étant d’arriver à chaque étapes et à Conques 4ème chemins, déjà  955km parcourus depuis juin 2012, imaginez un peu tout ce que l’on peut découvrir,  Imaginez !!!.

Claude a fait l’éloge de toutes les rencontres et je dois dire que sur cette voie, nous avons fait beaucoup de rencontres, qui pour tous avaient l’objectif  d’arriver à l’étape. Beaucoup de pèlerins sur les chemins quelques jeunes qui réservaient au jour le jour avec parfois quelques surprises de km supplémentaires pour trouver un abri et beaucoup de moins jeunes qui réservent à l’avance comme nous ceci étant comme les gîtes ne sont pas tous sur les guides  « Topo ou Miam Miam dodo » avec de très belles surprises.

La nature est décidément très belle sur ces chemins et peu changer d’une colline à une autre très verdoyante d’un côté et brutalement des plaines de Landes de l’autre, les villages regorgent de curiosités, préparez vos chemins parce que vous risquez de passer plus de temps que prévu, ainsi vous pourrez dimensionnez vos étapes. C’est une région  avec beaucoup d’élevage, de production de viande et de lait avec beaucoup de variété « Aubrac, Charolais, Salers, blonde d’Aquitaine, Limousine, Holstein,… » (quelques différences avec Claudius), nous avons même vu des bufflonnes de race italienne pour la production de lait expédié en Italie pour la fabrication de la Mozzarella.

 img_1081-e1380705470695-225x300

 Recommandations:

Ce qu’il vous faut pour partir, le Topo Guide GR65 pour les chemins et le Miam Miam Dodo (Le Puy en Velay à Saint Jean Pied
de Port « Edition 2012 ») pour les hébergements.

Pour information :

1)Evitez le sandwich de la Boucherie Charcuterie Chabanon_Père et Fils _Le bourg_43580 Saint-Privat-d ‘allier 

-Sur la moitié du sandwich jambon de pays (+/- 20g) et l’autre moitié autant de fromage brebis.

2)Evitez le sandwich de la Boulangerie Jouve Guy_2 r Tisserands, 48130 Aumont Aubrac

-Le jambon est en fait de l’épaule,

*Privilégiez le sandwich que vous composez vous-même,  il n’y a pas problème d’approvisionnement sur le chemin.

 

Les petits messages du départ :

Thierry  B :  c’est un excellente période pour un tel trip_ Eclatez-vous bien

Jean-Pierre F : Salut  grand marcheur, toi qui pérégrine par monts et par vaux, je t’envie mais aussi  je te remercie de me faire partager ta route. Bon chemin cher jacquaire, bizzz à  bientôt. Salut également tes 2 compagnons de route.

 

img_1076-300x225

 

Tout commence chemin des grosses Pierres, Point de rendez-vous chez le Claude ou après 409 km en 4:30 heures de route, nous  voilà au Puy en Velay avec Claude, Bernard et moi-même. Nous prenons possession  de nos chambres rue Meynard, puis nous déjeunons d’un repas léger. L’après-midi est consacré à la visite du musée du Camino avec une exposition « du chemin du Puy à Saint Jacques » sur le thème de la Chine au Camino, une vision originale du chemin. Elle est l’œuvre conjointe d’un Chinois et d’un Altimigérien, Lu Yongahong et Philippe Bousseau qui se sont rencontré en 2011, le premier est peintre « scènes rurales »  le second photographe.

En fin d’après-midi nous sommes montés à la Vierge Notre Dame de France « 16 m de haut » et plus ou moins 250 marches pour une bonne préparation. Ce soir dîner chez Maître Kanterbräu et dodo.

 

 

img_1082-e1380705733491-112x150   img_1085-150x112

 img_1086-e1380705847966-112x150   img_1090-e1380706039714-112x150

Demain direction le Chier 22km

1_ Le Puy en Velay 625m à Le Chier 1100m

22 km et +/- 6:00 heures

Réveil à 7:15, préparatif du sac et petit déjeuner à 8:15 « beurre salé et confitures maison » le rêve

img_1092-300x225

Départ à 9:00 office du tourisme pour l’achat d’un vaporisateur Klaco « anti-punaises » il y a une recrudescence sur les chemins et déjà au départ de Arles en juin, donc on est équipé puis courses chez m. Casino pain, jambon, gruyère, tomate et pomme. À 9:30 nous nous dirigeons vers le. GR 65 que nous
retrouvons place du Plot dotée d’une fontaine (1246), la rue St Jacques et le vestige d’un ancien oratoire dédié à St Jacques; un hôpital St Jacques
mentionné dès 1253 existait, la rue des Capucines, une croix du faubourg St Jacques du XVI ème siècle avec piédestal de 1772, latéralement représentation
de St Jacques et d’un pèlerin « Le Puy étant la Capitale des départs des chemins ou les pèlerins assistaient à la messe de 7:00 puis la bénédiction des
pèlerins ou le prêtre leur remettait un petit message à déposer à St Jacques de Compostelle bon on ne s’est pas réveillé !!!

La rue Compostelle, et là ça monte pratiquement depuis le départ ou nous avons croisés des dizaines de pèlerins « jamais vu autant » et là en haut en se retournant on domine le Puy avec un panorama magnifique sur les monts qui nous entourent. Nous empruntons de larges chemins caillouteux « pierres volcanique issues des coulées de basalte épanchées. Tout est sombre sol, roche, maison, nous marchons un bon moment sur du goudron ou des sols stabilisés pour enfin arriver sur un beau cheminée crête d’herbe et de terre. Nous passons St Christophe sur Dolaizon (908m) belle église du XIIème siècle construite en brèche volcanique rougeâtre avec un clocher-arcades percées de 4 ouvertures, plus loin la croix de Ramouroucle datée de 1631.

Très belle montée vers Montbonnet (1108m), on coupe le GR 40 et nous descendons sur Le Chier « hameau de +/- 30 habitants » ou après deux menthes maison à l’eau de Vals nous prenons nos chambres  de bonnes qualités.

Dîner avec les produits de la ferme en table d’hôtes avec un couple de Lilles, deux Lyonnaises.

Demain 20,5km et direction Saugues.

img_1107-150x112  img_1105-e1380706654885-112x150

img_1098-150x112img_1099-150x112

L’avis de l’expert

Salut les copains,

Enfin des nouvelles un peu plus précises, toutefois un grand doute m’assaille. Cette nuit, quand ses copains dormaient, Cri cri m’a appelé sur son téléphone satellite secret. Il se trouve face à un problème jamais rencontré. En effet un membre faisant partie de l’équipe des croisés (il ne m’a pas cité de nom à ce jour) à une poussée virulente de seconde puberté. Je m’explique :En effet lors de la douche du soir, il a constaté que cette année, il avait une virulente repousse de poils sur la poitrine et en dessous du nombril, alors que l’année passée, il les avait tous perdu suite à son andropause. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette anomalie, consultez le livre » la doctoresse à la maison » aux Éditions JABOUINET à Marseille 13008. Je ne citerais pas le reste des explications et autres précisions ou effets directs et indirects par pudeur.

Je vais tenter de suivre cette affaire, elle passe maintenant avant les risques de dopages divers. Car cela représente un très grand risque pour la cohésion de l’équipe. Mesdames, je ne dirai qui que quand je serai sur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Et ce sera une bonne ou mauvaise nouvelle
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! J’attends avec hâte une communication inter satellite et des nouvelle cette nuit.

img_0726-150x100

A+++++ Jean Pierre A

La réponse, Salut Jean-Pierre,

En effet l’heure est grave, j’espère que cette crise de puberté tardive ne vas pas s’accompagner d’une poussée d’acné virulente, en effet à nos
âges les conséquences peuvent être terribles et souvent avec des séquelles (réapparition d’une timidité excessive, de pollution nocturne, de rougissement incontrôlés face à une jeune fille, etc.). Je suis vraiment très inquiet, donne-nous des nouvelles le plus rapidement possible.

img_0190-150x100

Amicalement, Jean-Pierre Fl. (de Paris)

2_Le Chier 1100m à Saugues 960m

20,5 km et 5:45 H

Réveil à 7:15, PD à 8:00 et départ à 9:00, direction St Privât d’Allier en passant par le lac d’Œuf « tourbière située dans une dépression entre deux cône volcanique ». Arrivé à St Privât, approvisionnement du pique-nique ou le charcutier recommandé nous à bien enfumés, sandwich jambon de pays avec sur la moitié 1/2 tranche fine de jambon de pays et l’autre moitié fine tranche de tome de brebis. Une journée sans
avec de très gros dénivelés et des chemins caillouteux ou glissants ce i étant l’arrivée sur St Privât est très elle avec un prieuré qui dépendait de la Chaise Dieu depuis sa fondation en 1046, puis Monistrole d’Allier place forte à la frontière du Puy et du Gévaudan ou nous avons retrouvé les Lyonnaise en train de finir leurs pique-nique et nous prendre le nôtre, là où j’ai vu que je m’étais fait….. Nous franchissons l’Allier sur un pont métallique d’Effel pour arriver à Montaure avec une église Romane et au chevet de l’église une croix à personnages du XVIème, fût timbrée du bourdon insigne des pèlerins. Verner et enfin Saugues et bien content d’être arrivé les pieds commençaient à me chauffer. Aujourd’hui un peu moins de pèlerins, ils ont dû partir plus tôt. Bernard a dû s’arrêter méchant problème de dos. Nous sommes dans un gros gîte tenu par de pure Auvergnat avec l’accent. Avec une sympathique patronne dite l’Adjudant!!!

Aller bonne nuit et à demain

img_1109-e1380707549196-112x150img_1117-e1380707628411-112x150img_1121-150x112  img_1111-150x112

 

Demain Saugues à Saint Alban sur Limagnole 29km et + de 7:00 de marche.

L’avis de l’expert

Salut les copains,

Hier j’ai été attaqué pas un sale virus ou un microbe de la grippe, ou du rhume ou alors de la bronchite je commence à peine à reprendre
mes esprits et mes facultés, d’où mon silence. Des nouvelles de nos trois croisés. Ils continuent tout droit leur chemin sans
se laisser dévier par des événements inattendus. J’ai eu un message secret cette nuit de Cri cri, celui qui semble touché par la
crise à maintenant un éruption volcanique d’acné juvénile. Il a de partout des petits points rouges et blancs, sur le front, les joues,
les fesses, à côté, l’Etna et le Vésuve ne sont rien, même en pleine éruption. Il va falloir le traiter à la teinture d’iode. De plus sa pousse de poils tourne à la catastrophe, pour les gens cultivés, et vous en faites partie, si vous avez lu Tintin au Pays de l’or noir, rappelez-vous les Dupont, il parait que ces symptômes apparaissent quand on a trop été en contact avec des animaux poilus qui ont de grandes oreilles et une petite …., qui cela pourrait bien être ?  Et maintenant il prend un comportement agressif. Affaire à suivre ………………….

Au fait, avez-vous rencontré les Lyonnaises !!!!! Cela me semble un peu louche de les retrouver aussi souvent, comme ça par pur hasard, ces chemins de la délivrance et du recueillement seraient-ils devenus les chemins de la tentation ?

Puisque vous êtes en limite Lozère Cantal, pourriez-vous me ramener un « boufadou », et du Cantal mi- vieux ou mi- jeune comme vous voulez.

De grosses bises à vous tous, Jean Pierre A

3_Saugues à Saint-Alban sur Limagnole

29km et 7:00 Heures

Au lever comme D’Hab. Départ à 9:30 après les courses habituelles chez m. Casino en sortant on croise les Lyonnaises qui partent sur les chapeaux de roues. Quant à nous on se retrouve dans plusieurs groupes de pèlerins et par 7 degrés on s’élance sur des chemins plus jolis des chemins quoi!!!

Saugues est une ville d’étapes de pèlerins ou l’histoire de St Jacques est décrite et imagée à chaque coin de rue, il y a même une boutique du pèlerin et puis de magnifiques vielles maisons en granit, Collégiale, Vierge du XIIème, Pietà DU XVème, bon nous voilà en chemin vers La Clause. Puis Falset avec une tour juridiquement perchée sur un bloc de granit, seul vestige important d’un Château du XIIème et qui joua un rôle durant la guerre de cent ans et les guerres de religion. Direction la ferme du Sauvage mise en valeur par le CG et halte de randonneurs dans un espace magnifique, la chapelle St Roch, les Faux et enfin les pieds chauffants nous arrivons enfin à Saint Alban sur Limagnole à
notre étape du soir un hôtel restaurant avec chambre de pèlerins. Et enfin un bon dîner avec des produits de région, un village très au calme.

img_1126-e1380707893683-112x150img_1134-e1380707954270-112x150img_1127-e1380707922473-112x150

Demain direction Aumont Aubrac 15 petits km et 4:00 petites heures

Elisabeth C : C’EST SUPER ! Je peux suivre  VOTRE PARCOURS SUR LA CARTE QUE TU NOUS A ENVOYE !!!
Bises

4_St Alban sur Limagnole (950m) à Aumont Aubrac (1050m)

15 km et 3:30 heures

Départ à 9:30 température très légèrement fraîche mais agréable, direction du GR en passant devant une église romane remaniée à diverse époque, surmontée d’un clocher mur à trois baies supportant un petit clocheton. On part vers Grazière-Mage et là la première montée,

Nous passons un Béal (bief de moulin) nous avons empruntés de très beaux chemins arrivons aux Estrets un peu de route et chemin avec quelques montées et descentes nous croisons à nouveau pas mal de pèlerins connus, on s’arrête, parlemente et aujourd’hui nous prenons notre temps. Beaucoup d’élevage dans une nature magnifique et puis c’est l’arrivée sur Aumont Aubrac à 13:30 à la ferme du Barry rue du Barri!!  Claude doit élucider le mystère.

Une maison d’hôte surnommée (*)l’adjudant nous avait dit que notre étape serait plate on n’a pas la même notion du plat surtout dans les landes de l’Aubrac.

(*)Parce qu’elle menait à la baguette ses hôtes à la méthode Auvergnate.

Nous sommes dans une chambre à trois avec une vraie salle de bain. Une belle journée à travers des habitations en granit qui prennent des allures de maisons fortes avec des toitures en lauzes, une faune d’oiseaux le pipit farlouse, le bec croisé des sapins, des myrtilles dans les landes, la Margeriede offre à la transhumance depuis longtemps ses vastes espaces de landes à genêt et bruyère.

Ce soir agneau et aligot, un dîner plus que parfait.

Demain Nasbinals 26,5 km

img_1161-e1380708609691-112x150img_1157-e1380708579945-112x150

img_1147-e1380708548675-112x150img_1141-e1380708512449-112x150

5_Aumont Aubrac à Nasbinals

26,5km et 6:30 Heures

Après cette belle soirée Auvergnate dans un décor très paysan avec des outils très anciens et l’accumulation et la collection de dizaines années. Nous démarrons après l’approvisionnement du pique-nique ou là encore le sandwich était non pas jambon fromage mais épaule fromage, ces commerçants prennent vraiment les pèlerins pour des c.s. Aujourd’hui nous marcherons toute la journée avec les Lyonnaises  Clotilde et Emmanuelle ainsi que le Breton Antoine qui on ne sait pourquoi est parti à toutes vitesses pour le retrouver vidé à 10 km de but « mauvaise gestion de l’eau et du repas ».

Au départ même paysage qu’hier belle lande, on passe la Chaze de Peyre ou sur la place de l’église, deux croix l’une du XVIIIème, avec
sur la face le Christ et au dos la Vierge quant à l’autre du XIXème en trois corps à peu près égaux dont le fut est une colonne à chapiteau portant le croisillon. Après quelque km on coupe le GR « Tour des monts d’Aubrac », puis Lasbro, le Moulin de la Folle, Rieutort d’Aubrac avec
son four à pain et deux abreuvoirs-fontaines en granit, Montgros et enfin Nasbinals. Content bonne marche et pas de douleurs aux pieds si ce n’est quelques courbatures 26,5 km tout de même, par contre, ce soir il y a de la casse Emmanuelle et Antoine ont les pieds en vrac, souffrent du froid et du manque de confort, c’est une première marche pour eux.

Et puis un peu d’histoire, la Lozère divisée entre deux majorités catholique au nord et protestante au sud ou les Réformés durant plusieurs
siècles ont choisis les  montagnes Lozériennes comme refuge pour défendre âprement leur religion contre les catholiques.

Parmi les quelque 12800 plantes qui poussent sur les ondulations de l’Aubrac, Le thé d’Aubrac appelé aussi « calament », l’armoise, la
digitale, la gentiane, l’arnica, la menthe sauvage….

img_1172-e1380709077285-112x150

img_1170-e1380709037346-112x150

 

 

 

 

 

img_1166-e1380709002891-112x150

img_1178-150x112

 

 

Demain dimanche, petite journée St Chély d’Aubrac 15,5 km et déjà 129km

René G : T’attaques le régime mon copain ? La bizzz

img_2339-150x100

L’avis de l’expert

Salut les copains,

Attention, censuré pour les épouses.

Et oui, de nouveau on cite le « gang des Lyonnaises », elles vont finir par les avoir !!!!!! Nos 3 croisés. Ils vont même se croiser, c’est comme ça
que l’on dit en Lozère !!!

Parmi les 12800 plantes, Cri cri à oublié volontairement ou pas de citer : L’anis d’où l’on tire la fameuse sanisette de Lozère, le Grenache d’où l’on tire le fameux AOC Coteaux du Casse Méjean, la Cardabelle, elle ne se tire pas, mais elle est clouée aux portes extérieures et sert de baromètre, et oui, j’ai de la culture car je  jardine …………..

Cri cri, SOS, je n’ai pas eu d’appel inter satellitaire au sujet du fou furieux en pleine démence, est-il encore en crise, je me renseigne auprès d’une sorcière de cousine afin de savoir si elle a en sa possession une mixture pour guérir cette maladie, honteuse quand elle arrive à un certain âge.

Mais, première mesure à prendre : ne pas le laisser seul en présence de personnes de sexe opposé, du même sexe et même d’animaux.

Même vous deux êtes menacée par ses crises, restez soudés (les deux normaux) En attendant, lui faire boire de l’eau de source plate additionnée de levure de boulanger, de graines de coriandre, de fleurs de pissenlit et de pipi de pipistrelle.

J’ose penser, que ce jour, un dimanche vous vous êtes rendus à un office religieux afin de vous laver de vos pêchés actuels, passés et même futurs, bien entendu sauf Cri cri qui est neuf et sans pêché comme le bébé qui arrive au monde (ça c’est encore pour Dany et Élisabeth aussi).

A+++ les amis et bises à vous les filles. Jean Pierre A

Mais qui sont ils?

img_1177-e1380709613843-112x150img_1176-e1380709594673-112x150img_1175-e1380709554793-112x150

6_Nasbinals à St. Chély d’Aubrac

15,5 km et 4:00 heures

Au départ 7• et brouillasse

Entre froid, vent 35km/h, pluie et brouillard

Nasbinals: église romane du XIVème construite en basalte brun sous ses toits de schiste avec un clocher octogonal coiffe la croisée. Très belle église à ne pas manquer. Nous voilà parti dès 9:15 après un orage terrible cette nuit, sous une brouillasse et un brouillard épais. Nous prenons la direction d’Aubrac à 9km par une draille partiellement marquée qui monte vers deux burons à travers des pâturages nous passons me buron de Ginestouse-Haut, le sentier de la ferme de Ginestouse a 1315 m. Pour arriver à Aubrac ou bons prenons notre café du matin dans un accueil splendide mis en place par le CG de l’Aveyron ou nous venons de quitter la Lozère  et nous en profitons pour nous sécher, bon plus que 8km je me suis pelé et surtout froid aux bouts des doigts la descente est un peu moins fraîche et j’en profite pour activer « certains pèlerins m’ayant surnommé «  ezy jet » écrit comme cela!!! Ou Marseille/Cassis à cause du maillot. Nous prenons enfin je parce que Bernard et Claude sont derrière je bourre pour me réchauffer. En vue de la tour en ruine je prends un étroit chemin qui conduit au pied du neck volcanique de Belvezet (1144m). Je traverse une forêt de frêne qui débouche sur un carrefour dont le sol est formé de grande dalles en pierre, la descente est pleine de grosses pierres et glissante  je passe le ruisseau de l’Aude et descends vers St Chély d’Aubrac par un sentier bordé de murets. Pour arriver à notre étape au gîte les Coudercous trempé, il est 13:45.

On n’a pas vu les Lyonnaises et le Breton parties à 12:30.

Avant St Chély, les pèlerins étaient reçus par les moines de la domerie d’Aubrac» le grand St Bernard de France » selon Chateaubriand.

Cet après-midi repos et demain direction Espalion 24km, j’espère avec un meilleur temps.

 img_1198-e1380709975494-112x150img_1200-e1380709955797-112x150

img_1202-e1380709934698-112x150img_1204-e1380709891385-112x150

7_St Chély d’Aubrac à Espalion

22 km et 6:15 heures

Excellente étapes un peu plus chère que habitude mais on était bien chez des professionnels « Auvergnat » qui occupent une très grande partie des brasseries et restaurants à Paris, c’est un métier. À 9:15, on prend le chemin, décidément 9:15 est notre tranche horaire. Nous nous dirigeons vers la sortie du village et sur le vieux pont qui enjambe la Boralde, un calvaire du XVIème et sur le socle au pied de la croix un petit pèlerin est sculpté dans la pierre, il tient son bourdon (bâton) et égrène son chapelet. Il pleut et là cape obligatoire, on gagne le hameau du Recours, la vue est un peu bouchée par la brume dommage, encore une foi, c’est un ruban de pèlerins et tout le monde commence à se connaître et un petit mot d´encouragement. Il y a des Hollandais dont un qui a une canne avec une tête de coq plumées magnifiques, deux frères ayant travaillés dans une banque, un couple de Lille, 3 filles 2 médecins et une pharmacienne qui va jusqu’à St Jacques, Emmanuelle, Clotilde et Antoine avec qui on a pris le pique-nique à St Côme d’Olt magnifique village avec une vieille église de la Bouysse XIème et XIIIème longtemps le siège des pénitents et des groupes de pèlerins dont un est suivi par un camping-car et un véhicule, beaucoup utilises les transports de bagages, un couple d’Alsacien très drôle et puis plein autres. Nous arrivons à Espalion!!! Après les 6 derniers km sur du goudron ou nous longeons le Lot, très large rivière qui prend dans son courant la Truyère à Entraygues sur Truyère sur la route d’Aurillac.

Encore une belle journée de montées sur des cailloux ou chemins boueux. Une nature encore différente et de très belles maisons qui mêlent les matériaux granit, schiste et grès. Pas loin des célèbres couteaux Laguiole crée par l’artisan Pierre Calmel en 1829. Depuis 5 générations le secret de fabrication se transmet de père en fils et puis bien d’autre chose dont le sabot du Rouergue.

Voilà demain avant dernière étape et direction Massip un peu avant Colinhac et 23km

Bonne nuit

img_1226-150x112img_1216-e1380711348781-112x150

img_1212-150x112img_1211-150x112

L’avis de l’expert

Salut les copains et les copines aussi,

Une chose manque dans les reportages de Cri cri d’amour, ce sont les photos des Lyonnaises, comment sont-elles, brunes, blondes, rouquines ?

On ne le sait toujours pas, peut-être, Claudius ou Bernard pourraient-ils intervenir, je compte sur leur réalisme et surtout leur autorité naturelle.

Bien que pour Claudius cela ne fonctionne pas toujours avec les ânes. Ma cousine de sorcière guérisseuse à enfin répondu ; il faudra lui faire
prendre durant 4 jour, à jeun et température fraiche (6°) 3 cuillères à soupe de  la potion suivante.

Repartir au Casino de Saugues (c’est le seul qui détient cette épice) et acheter 25 grammes de crottes de lapins séchées et lyophilisées puis se procurer le long du chemin : 25 baies de genièvre, 3 dl de pipi de mouton femelle c’est à dire de brebis qui n’ont jamais mis bas
(vous savez ce que cela veut dire ?) Deux paires de chaussette non lavées des croisés vous précédent, 4 morilles, 12 cl de crème de vieille vache (attention, c’est la femelle du taureau et non du bœuf qui est lui castré comme Valentin), 4 yeux de poulpes (c’est connu le poulpe des Cévennes est bien le meilleur), 200 g de graisse de canard. Faire suer les ingrédients dans un peu de graisse, puis ajouter avant
coloration le pipi de brebis, la crème fraiche et le reste de graisse de canard. Donner 2 tours de bouillon, retirer les chaussettes et bien les essorer au-dessus de la russe (ne pas confondra avec les Lyonnaises, Cri cri vous expliquera que l’on « passe » toujours sur une russe et jamais sur une Lyonnaise, elles servent à autre chose que Claudius connait bien. Laisser réduire à consistance 1/2 glace, filtrer et mettre en boite de conserve usagée.

Vous pourrez dès le lendemain débuter le traitement.

Attention:

-Si le patient refuse le traitement le second jour : FORCEZ LE.

-Si le patient est pris de nausées : RASSUREZ LE CELA PASSERA LE 3è JOUR

-Si le patient perd l’appétit : C’EST UN TRÈS BON SIGNE, IL VA MAIGRIR UN PEU, PUIS FORCIRA

-Si le patient perd ses poils, ses boutons : MIRACLE LE TRAITEMENT FONCTIONNE

-Si le patient s’éteint lentement mais surement : « NO PROBLEMA », vous en serez débarrassés.

PS : Il peut être pris de tremblements et fortes démangeaisons, cela fait partie du traitement, il devra subir pour être enfin beau.

Bon courage les hommes, soyez forts

A+++ sur les ondes, Jean Pierre A

8_Espalion 342 m à Massip 670 m

25 km et 6:00 heures de marche

L’existence des seigneurs de Calmont et leur château fort, installés depuis le Xème siècle domine les destinées de l’agglomération, placée par Charlemagne, ces seigneurs puissants devaient maintenir leur tutelle jusqu’à la révolution. ´nous voilà sur le chemin vers St Pierre de Bessuéjouls 335m, sur le départ on rattrape Emmanuelle et Jacques d’Annecy, Antoine est resté sur Espalion gros problèmes de pieds et Clotilde fera le voyage jusqu’à Estaing en taxi, du goudron sur 2km,puis une montée glissante et caillouteuse, un plateau et de nouveau du
goudron jusqu’au hameau de Griffoul, de nouveau un chemin de terre vers le château de Beauregard et sur Trédou, on passe le village de Verrières et de nouveau du goudron, les pieds tiennent bien, de plus il ne fait pas trop chaud. Le chemin coupe la route en lacet par des montées assez raide. Arrivée à Estaing vers 13:00 là on retrouve Clotilde pour déjeuner dehors dans un petit snack au bord du Lot une vue magnifique sur les berges. Le restaurant étant complet donc. On visite le village puis on déjeune. On repart vers Montaigut le haut après avoir longé le Lot jusqu’à la Rouquette, ça monte, ça monte l’arrivée à nouveau sur une route en direction de Golinhac on attend Clotilde qui a un problème de tendinite au tendon d’Achille, Jacques lui a passé ses bâtons et c’est mieux, tranquillement on se dirige vers Fonteilles ou
les filles s’arrêtent en chambre d’hôte, c’est les adieux parce que nous allons demain à Conque pour notre dernière étapes et elle sur deux jours. Il nous reste 4km pour arriver à Massip notre étape, nous rattrapons François le Toulousain et ptn ça remonte et enfin notre étape Jacques n’a pas de résa et va jusqu’à Colinhac. Douche, linge et dîner en commun +/- 30 personnes un peu bruyant nous à côté d’un couple de Belges Wallons qui font de petites étapes maxi 15km.

Demain dernière étape à Conque à 23km

Kenavo

img_1252-e1380712913626-216x300

img_1231-150x112img_1233-150x112

img_1228-e1380711533889-112x150img_1237-e1380711589543-112x150img_1253-e1380712711324-112x150

9_Massip 670 m à Conque 280 m

23 km et 5:30 heures

Entre pluie, boue et vent.

Nous ne sommes pas gâté pour notre dernière étape vers conque, excellent gîte hier soir bon dîner, bonne nuit et excellent petit déjeuner avec confitures maison pour 35€. Départ à la même heure 9:15 pour ne pas changer les habitudes. Direction Colinhac 650 m et son église dédiée à St Martin. Conserve des assises romanes d’un prieuré bénédictin qui dépendait de l’abbaye de Conques. On passe Campagnac et arrivons à Espeyrac ou on site l’aventure d’un Pèlerin en 960nommé Vuitbert, agressé par des bandits qui lui arrachèrent les yeux. Mais
miracle ceux-ci furent recueillies par des oiseaux et au cours une veillée de prière très intense il retrouva la vue. Vous avez compris qu’il n’y a pas grand-chose à raconter sur cette étape du fait de cette situation atmosphérique on y voit rien. Là le pique-nique sous un abri Pèlerins on est mouillés de chez mouillés et obligés de se changer mais abrités. Il reste 12,5km et là je mets le turbo à près de 6km heure. Enfin arrivée à Conques après une descente d’enfer de 200 m. Heureusement ce village de 80 habitants l’hiver est certainement le plus jolie depuis notre départ cf. Photos. Le lendemain nous visitons l’abbatiale construite au IXème pour abriter les reliques de Sainte-Foy qui devient rapidement une étape incontournable des pèlerins et un musée des trésors de Conques et vénération de ses reliques.

img_1269-e1380712643408-112x150img_1258-e1380712622479-112x150img_1286-e1380711898435-112x150

img_1281-150x112

img_1282-150x112

img_1284-150x112

 

Et voilà après la visite de l’Abbaye, du musée trésor de Conques, le café serré pour Claudius, le retour avec Colette qui est courageusement venue nous chercher pour nous ramener dans le Var à Pourrieres puis La Valette.

img_1306-e1380712336608-112x150img_1295-e1380712311255-112x150

img_1300-150x112

img_1282-150x112

À l’année prochaine en juin de La Salvetat sur Agout à peut-être Auch et en septembre de Conques vers Moissac.

img_1296-e1380712494421-112x150

 

 

Feuille de route:

fichier xls 2012-09_Organisation Chemin de Compostelle (Puy en Velay à Conques)

 

En préparation:

  • Juin de la Salvetat sur Agout Vers Auch +/- 300 km « seul »
  • Septembre: Conques vers Condom +/- 290 km avec Claude et Bernard

Auteur: Christian Cadiou

Christian Cadiou

Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
septembre 2019
L Ma Me J V S D
« août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Lumière

Lumière

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Mes albums photos

  • Album : Tanzanie safari photo avec Vie Sauvage
    <b>A_IMG_5819</b> <br />
  • Album : Parc ornithologique de Pont de Gau
    <b>IMG 6822 - Copie</b> <br />
  • Album : Les copains d'abord
    <b>image034.jpg</b> <br />
  • Album : Mes chemins de Compostelle
    <b>2012_047 Arles à La Salvetat</b> <br />
  • Album : Mes préférées
    <b>image10013.jpg</b> <br />

Pages


Vakantie B&B Bretagne-n... |
Des chapeaux, des samouraïs... |
cyticat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Location de Meublés à Eugén...
| My World
| pour le plaisir d échanger